dimanche 31 mai 2009

Temple (Paris 11ème)



Attention, l'histoire de cette salle de cinéma, aujourd'hui disparue, est longue et tourmentée...

Sa dernière appellation n'a duré que quelques mois, pendant lesquels des séances éphémères de cinéma ont eu lieu alors que l'endroit s'était converti au théâtre...

Mais revenons aux origines !

En 1912, une salle de cinéma de 500 places est créée au rez-de-chaussée d'un nouvel immeuble de la rue du Faubourg-du-Temple, qui a pris la place d'un cirque...

 Photo libre de droit (domaine public)

Elle est baptisée "Consortium".

En 1922, le cinéma doit s'effacer au profit du music-hall, et devient le "Temple-Concert".

Mais en 1930, alors que le cinéma parlant donne un second souffle au septième art, celui-ci réinvestit les lieux et la salle devient le "Templia" en perdant au passage 100 places.

Le "Templia" poursuit sa vie tranquille de cinéma de quartier jusqu'en 1969, année à partir de laquelle il est repris par les deux fondateurs du circuit "Action" et devient "l'Action-République".

L'ancienne décoration de 1930 disparaît totalement au profit d'une architecture des plus modernes pour l'époque : le noir remplace le rouge, le rideau d'écran disparaît, des luminaires modernes remplacent les lustres...

En 1985, le circuit "Action" passe la main, et la salle devient le "Républic-Cinémas", avec un "s" car l'ouverture envisagée d'une deuxième salle ne s'est finalement jamais faite...

L'endroit propose alors une multi-programmation en tandem avec le cinéma "Le Denfert".

Nouvelle formule et nouveau changement de nom en 1992, quand le cinéma passe dans les mains de l'exploitant Simon Simsi et devient le "Reflet-Républic" avec toujours une programmation art et essai, et une salle entièrement rénovée qui comprend alors 270 places.

Avec l'arrivée d'un nouveau propriétaire en 1995, le cinéma devient plus sobrement le "République" et poursuit sa programmation art et essai.

Remerciements Klaus Weber - allekinos.com

A noter que la "Cinémathèque Française", à la recherche de lieux de projection, occupe partiellement la salle entre octobre 1993 et septembre 1997.

A la fin de l'année 2001, un changement important de cap s'opère, et le cinéma se spécialise dans une louable mais périlleuse programmation axée sur les courts-métrages... il devient alors le "Cinéalternative".

Hélas, disposant de peu de soutiens financiers, l'entreprise était vouée à l'échec... et le Cinéalternative met la clé sous la porte en avril 2003...

Le lieu devient alors un théâtre, le "Temple", et propose encore quelques séances sporadiques de cinéma jusqu'en juillet 2003, principalement des films pour enfants...

 Capture d'écran © Google Maps

Depuis cette date, le cinéma n'est plus qu'un souvenir, et le théâtre "Le Temple" a réussi la gageure d'ouvrir 3 autres salles tout en conservant le volume de l'ancienne salle de cinéma !

Mise à jour du 19 janvier 2016 :  depuis décembre 2014, le théâtre est devenu l'"Apollo Théâtre", et la grande salle, correspondant à l'ancienne salle de cinéma, a été équipée pour la projection de films en 3D... Peut-être verra-t-on un jour à nouveau du cinéma dans ce lieu ?

Capture d'écran © Google Earth

Localisation : Paris 11ème - 18, rue du Faubourg-du-Temple


samedi 30 mai 2009

Caméo Saint-Sébastien (Nancy - 54)

Photo publiée avec l'aimable autorisation du site www.monptidoi.com

Dans le centre-ville de Nancy (54), ce cinéma de 4 salles (399, 395, 134 et 133 places) est principalement consacré aux films d'auteurs en version originale sous-titrée, qui ne sont généralement pas diffusés dans les complexes et multiplexes traditionnels...

Il est le complément de l'autre complexe de 4 salles (Caméo Commanderie) déjà exploité par la même équipe, qui entend promouvoir la cinéphilie sous son meilleur jour : ici on ne vend pas de pop-corn ou de boissons, et les spectateurs viennent pour voir des films en salle dans de bonnes conditions, et non pas pour téléphoner ou discuter !



Entièrement rénové en 2005, ce cinéma était auparavant la propriété du groupe UGC (photo ci-dessus prise au temps de l'UGC Saint-Sébastien) qui y diffusait des films grand public en version française.

Remerciements Klaus Weber - allekinos.com

Grâce à un accord commun et un partenariat entre les deux protagonistes, l'équipe du Caméo a ainsi pu ouvrir son deuxième cinéma à Nancy.

En remontant encore dans le temps, c'est le cinéma "Pathé" qui occupait l'emplacement actuel du Caméo Saint-Sébastien (une salle unique de 945 places en 1969).

Localisation : Nancy (54) - 6, rue Léopold-Lallement


vendredi 29 mai 2009

Club Gaumont - Publicis Matignon (Paris 8ème)


Ce cinéma, à l'entrée très discrète, intégré à l'ancien Drugstore Matignon, a ouvert ses portes le 25 novembre 1970.

Il comportait une salle unique de 300 places, située en sous-sol et présentant une décoration originale et audacieuse, placée sous le signe du verre : murs tapissés de lames de verre colorées inclinables, écran fermé par des lames de verre, fauteuils en verre Sécurit revêtus de coussins en tissu de verre !

Autre originalité pour le moins discutable : il était permis de fumer dans la salle, grâce à la mise en œuvre d'un système perfectionné de conditionnement d'air...

Comme les autres salles Publicis, le cinéma était programmé par le circuit Parafrance jusqu'à sa liquidation en 1985, date à laquelle il passe dans l'escarcelle de Gaumont.

En 1988, après une période de fermeture pour travaux, le lieu est totalement refait et propose un autre visage, celui d'une salle dédiée aux projections privées en semaine, et qui ouvre de temps à autre ses portes au public, principalement le week-end...

Hélas, du fait de l'aménagement d'un espace cocktail au fond de la salle, la capacité de celle-ci est réduite (142 fauteuils), de même que la taille de l'écran qui passe de 10 à 7 mètres...

La programmation se retrouve également très restreinte, et ne propose le plus souvent que des reprises ou des films pour enfants, en lieu et place des films en première exclusivité d'antan...

Ce qui devait arriver arriva... le cinéma ferme définitivement ses portes le 30 juillet 1999, dans l'indifférence la plus totale !

Aujourd'hui, l'immeuble qui abritait le Drugstore (fermé en 2001) et le cinéma est en cours de transformation, et doit prochainement accueillir le showroom d'un constructeur automobile italien...

Mise à jour du 19 janvier 2016 : le "Motor Village" a succédé au cinéma et à l'ancien drugstore...


Localisation : Paris 8ème - 2, rond-point des Champs-Elysées


jeudi 28 mai 2009

Vers Le Large (Dinan - 22)


Un bien joli nom pour ce sympathique complexe breton, ouvert à Dinan (22) en 1998, et qui comportait à l'origine 4 salles.

Le cinéma propose aujourd'hui 5 salles :

- Salle 1 : 258 places, son numérique, écran de 12 mètres

- Salle 2 : 250 places, son numérique, écran de 14 mètres

- Salle 3 : 133 places, son numérique, écran de 10 mètres

- Salle 4 : 87 places, son numérique, écran de 8 mètres

- Salle 5 : 73 places, son numérique écran de 8 mètres

Il est classé "Art et Essai", et propose de nombreuses séances à destination des plus jeunes.

Entièrement accessible aux handicapés, le cinéma possède un très vaste hall d'entrée (pratique les jours de pluie !) et propose un inévitable espace confiserie... mais avec produits bio, issus du commerce équitable et de producteurs locaux !

Localisation : Dinan (22) - 4, route de Dinard


mercredi 27 mai 2009

5 Caumartin (Paris 9ème)

Ouvert à la fin de l'année 1997, ce cinéma de 5 salles (210, 107, 94, 41 et 57 fauteuils) fait partie du dynamique groupe "Multiciné", qui possède aussi les deux cinémas "7 Parnassiens" et "Lincoln".

La programmation est principalement orientée vers les films en exclusivité et version originale.



L'histoire de ce lieu remonte en fait à l'année 1939, où un cinéma à salle unique de 600 places avec balcon ouvre ses portes sous le nom de "Cinévog", sur l'emplacement d'un restaurant.

En 1966, le cinéma devient le premier véritable complexe parisien en proposant une deuxième salle baptisée "Studio-Saint-Lazare" et installée dans le volume d'un appartement surplombant la salle d'origine : elle est consacrée aux films d'art et essai.

Quelques mois plus tard, une troisième salle baptisée "Cinévog III" voit le jour.

A partir de 1971, ce sont 4 salles qui composent le "Cinévog", puis assez rapidement 6 salles.

Dans la foulée, le lieu succombe aux sirènes du porno et devient le premier complexe de ce type dans la capitale !

Le (mauvais) genre perdure jusqu'à l'année 1997, où le cinéma renaît avec 5 salles flambant neuves, dans un quartier qui retrouve un aspect un peu plus culturel avec l'ouverture d'une FNAC voisine...

Remerciements Klaus Weber - allekinos.com

Pour combien de temps encore ?

Le cinéma serait hélas dans une situation financière assez délicate...

Localisation : Paris 9è - 101, rue Saint-Lazare


samedi 23 mai 2009

Royal (Vichy - 03)



Cet ancien cinéma de Vichy (03), au pied de l'hôtel qui porte le même nom, possédait une salle de 400 places avec une scène de 4m x 9m.

Il conserve encore sa belle façade en pierre, enseigne incluse, avec sa marquise soulignée par un élégant tube néon...

Le lieu est devenu un magasin, aux enseignes fluctuantes, et le beau volume de la salle a été conservé.

Mise à jour du 18 janvier 2016 : le lieu est dorénavant fermé, et si la marquise en béton subsiste, l'enseigne de la salle a malheureusement disparu...

 Capture d'écran © Google Earth

Localisation : Vichy (03) - 12, rue du Président-Wilson



vendredi 22 mai 2009

UGC Opéra 1, ancien "Helder" (Paris 9ème)



En lieu et place de ce "restaurant-rapide" se trouvait un magnifique cinéma à la façade monumentale surmontée d'une belle marquise... quelle triste reconversion !

Le Helder, né en 1936, était une superbe salle de 300 places avec balcon, semblable à un théâtre avec ses murs tapissés de velours rouge, et ses rideaux bouillonnés au-dessus de l'écran.

Repris par le groupe UGC, la salle devient l'UGC Helder, puis l'UGC Boulevard 1 et pour finir l'UGC Opéra 1 lorsqu'il est regroupé avec son voisin de 4 salles, l'ancien Caméo devenu UGC Caméo, UGC Boulevard 2 à 5 et UGC Opéra 2 à 5.

Hélas, le 3 mai 1988 la salle ferme définitivement ses portes... son statut de salle unique, séparée physiquement de ses 4 sœurs par un numéro de rue, lui ayant certainement porté préjudice...

Voici ci-dessous trois photos du Helder, prises au temps de sa splendeur, pour se souvenir que cette salle fut un des plus beaux fleurons des grands boulevards !

La salle en 1955 - Photo © LAPI / Roger-Viollet / http://www.parisenimages.fr/



Le "Helder" en 1960

La salle en 1978 - Photo © Roger-Viollet / http://www.parisenimages.fr/

Et pour finir, voici ci-dessous un pavé de presse publié dans le quotidien "L'Intransigeant" :

Pavé de presse publié dans "L'Intransigeant" du 8 octobre 1937 / Collection Philippe Célérier

Localisation : Paris 9ème - 34, boulevard des Italiens


mercredi 20 mai 2009

Comœdia (Brest - 29)



Photo Yvon Morvan, 2009 - Licence Creative Commons by-nc-sa

Photo Yvon Morvan, 2009 - Licence Creative Commons by-nc-sa

Une bien triste histoire que celle du Comœdia de Brest (29)...

Ce cinéma, à la façade magnifique, fut construit entre 1948 et 1951.

Il possédait une salle unique de 500 places, ainsi qu'une scène de 7m x 7m.

Il est labellisé "Art et Essai" en 1962.

Hélas, un fait divers tragique va précipiter la fin de ce cinéma...

A la fin des années 70, un soir alors qu'il fermait les portes de la salle, son propriétaire Monsieur Pierre Holley est abattu par un malfaiteur qui s'enfuit avec la recette de la dernière séance...

Programmé encore quelque temps par Madame Holley, le cinéma finit par fermer définitivement ses portes en 1991.

Depuis, il est resté fermé, et la vente de l'immeuble et du cinéma serait en cours... dans la plus grande discrétion !

Heureusement une association vient de voir le jour, qui entend préserver la mémoire de ce lieu mythique, et participer à son éventuelle renaissance !

Mise à jour du 18 janvier 2016 : racheté par un nouveau propriétaire en 2013, l'avenir du bâtiment reste incertain, car seule la façade et les appartements situés au-dessus du cinéma font pour l'instant l'objet de travaux de rénovation...

Localisation : Brest (29) - 20, rue d'Aiguillon

Remerciements à Martine pour sa photo, qui m'a incité à découvrir l'histoire de ce lieu.

 

lundi 18 mai 2009

MK2 Bastille côté Faubourg Saint-Antoine (Paris 11ème)




Mise à jour du 17 septembre 2017 : après sa fermeture brutale le 7 juillet 2016, le cinéma "La Bastille" a été repris par le circuit MK2, et a rouvert ses portes le 21 avril 2017 après une rénovation complète. 

Il est rebaptisé "MK2 Bastille côté Faubourg Saint-Antoine".

Capture d'écran © Google Maps

Ce cinéma est né en 1939, sous le nom de "Radio-Cité-Bastille", à l'emplacement d'un ancien entrepôt de meubles.

C'est alors une salle de 700 places avec balcon, qui diffuse des actualités.

A la fin de la guerre, comme beaucoup d'autres le cinéma s'oriente vers une programmation classique.

En 1961, le cinéma est rebaptisé de son nom actuel, "La Bastille", et propose des films d'action et des westerns.

Puis en 1971, c'est le virage vers la pornographie qui est pris, avec beaucoup de succès !

En 1984, changement de cap... le quartier de la Bastille change de visage et s'intellectualise avec la construction de l'Opéra Bastille !

Après trois mois de travaux, le cinéma se transforme en mai 1984 en un complexe de 3 salles (250, 90 et 135 fauteuils) et diffuse des films en exclusivité et version française.

A partir de 1987, le cinéma s'oriente vers les films d'art et essai et la version originale.

Il fait partie du groupe "Ciné-Métro-Art", qui exploite également à Paris le "Saint-Lazare-Pasquier", ainsi que des salles d'art et essai à Lyon et Marseille.

Localisation : Paris 11ème - 5, rue du Faubourg-Saint-Antoine


samedi 16 mai 2009

Palace (Epinal - 88)


La survie du seul cinéma - une ancienne salle unique de 920 places transformée en complexe de 6 salles - encore en activité dans la préfecture des Vosges est un long chemin semé d'embûches...

Dans les années 80, deux autres cinémas du centre-ville d'Epinal ont fermé leurs portes, et le "Palace" semblait naturellement prendre le même chemin...

Afin d'éviter ce sort funeste, et de priver d'écrans la plus grande ville des Vosges, une Société d'Economie Mixte, dont la Ville est l'actionnaire majoritaire, a été créée pour sauvegarder ce complexe de 6 salles (345, 163, 115, 115, 108 et 88 places).

Si l'évolution de la fréquentation est satisfaisante, avec la programmation grand public mais aussi "Art et Essai" mises en œuvre, un projet d'agrandissement du cinéma avec prise en compte des dernières technologies est apparue nécessaire aux gestionnaires du lieu.

Afin d'éviter notamment la menace de l'arrivée possible d'un multiplexe en périphérie de la ville, le projet de construction d'un nouveau complexe est actuellement en cours dans une rue de la ville en pleine refonte (la rue Saint-Michel), qui accueillera également une médiathèque et un centre d'art contemporain.

Preuve s'il en est que pour ce genre d'établissement la vie n'est pas toujours un long fleuve tranquille, le cinéma a fait l'objet en 2007 d'une plainte pour "concurrence déloyale" déposée par UGC vis-à-vis de son multiplexe de Ludres (54)... pourtant situé à 50 kilomètres du Cinéma-Palace !

La requête a été rejetée par le Tribunal Administratif, rejet confirmé par le Conseil d'Etat.

Mise à jour du 18 janvier 2016 : le cinéma a fermé ses portes en 2011, a été démoli en novembre 2012. A son emplacement a été érigé la "Souris Verte", une salle de musiques actuelles.

 Capture d'écran © Google Earth

Localisation : Epinal (88) - 17, rue des Etats-Unis


vendredi 15 mai 2009

Trianon (Sceaux - 92)


Ce cinéma à l'architecture très moderne, avec sa magnifique enseigne de néon, a été reconstruit en 2003 sur les ruines de l'ancien "Trianon", qui avait ouvert ses portes à Sceaux (92) en 1921 au temps du cinéma muet...

C'était alors une salle très rudimentaire de 300 places.

Au milieu des années 90, après une carrière sans histoires, la salle se retrouve en grande difficulté financière, et se trouve menacée de fermeture pour faire place à un projet immobilier...

Grâce à une très forte mobilisation des scéens, la municipalité se laisse convaincre de devenir propriétaire des murs et du fond de commerce, en 1997...

Le projet de création d'un nouveau "Trianon" ultra-moderne est retenu...

Commencé en avril 2002, le chantier s'achève en mars 2003.

Et c'est ainsi que l'exploitation d'un des plus anciens cinémas de la région se poursuit au Trianon depuis 88 ans !

Localisation : Sceaux (92) - 3, rue Marguerite-Renaudin


jeudi 14 mai 2009

Plaza (Paris 9ème)


Pavé de presse publié dans "L'Intransigeant" du 8 octobre 1937 / Collection Philippe Célérier

Ce cinéma situé sur les Grands Boulevards, entre la Madeleine et l'Opéra, a ouvert ses portes en 1935.

C'est alors un cinéma d'actualités dénommé "Cinintran", qui sera par la suite intégré au circuit Cinéac, bien représenté à Paris, sous le nom de "Cinintran-Cinéac", puis de "Cinéac-Madeleine".



La longue salle rectangulaire (35m x 8m) comporte 420 places.



Après la disparition généralisée des salles d'actualités suite à l'avènement de la télévision, la salle s'oriente vers une programmation classique, et devient le "Plaza".

C'est sous cette identité que le cinéma va perdurer jusqu'à la fin des années 70, où il ferme définitivement ses portes.

A partir de 1985, le lieu a été transformé en dancing de style "rétro", puis est devenu une discothèque "branchée" en 2005.

Localisation : Paris 9ème - 8, boulevard de la Madeleine


mardi 12 mai 2009

Vox (Chaumont - 52)


Après vous avoir conté les malheurs de l'Eden, voici son binôme, le Vox, qui reste pour l'instant ouvert...

C'est un établissement à salle unique, qui comprend 450 fauteuils, et propose des films grand public en version française.

Remerciements Klaus Weber - allekinos.com

D'après mon annuaire Bellefaye de 1969, ce cinéma a remplacé une salle de 1000 places qui se trouvait au même emplacement, l'entrée se situant toutefois dans une rue parallèle : l'entrée actuelle doit correspondre à la sortie de l'ancien Vox, et on peut supposer que la galerie marchande qui jouxte le cinéma actuel a été construite sur une partie de l'ancienne salle...

Mise à jour du 17 janvier 2016 : le cinéma "Vox" a définitivement fermé ses porte le 13 août 2012, le même jour que son voisin "Eden"...



Localisation : Chaumont (52) - Rue Victoire-de-la-Marne


dimanche 10 mai 2009

Colbert (Le Plessis-Robinson - 92)


Dans la ville où je réside, voici ce qu'il reste de l'ancien cinéma "Le Colbert", situé dans un quartier pavillonnaire, à deux pas de l'étang du même nom...

Derrière cette majestueuse façade se trouvait une salle de 620 places, avec une scène de 12 m par 4,50 m...

Je n'ai pas retrouvé beaucoup de renseignements sur cette salle : elle est mentionnée dans des programmes en 1938 et en 1975, année de sa fermeture définitive...

L'emplacement, occupé par un entrepôt, est actuellement à vendre...

Mise à jour du 17 janvier 2016 : ne cherchez plus de traces du "Colbert", il a été démoli et remplacé par deux pavillons individuels...

Capture d'écran © Google Earth

Localisation : Le Plessis-Robinson (92) - 7, rue du 24 août


samedi 9 mai 2009

Eden (Chaumont - 52)


Triste sort pour ce petit complexe de deux salles (250 et 140 fauteuils) situé dans une petite ruelle du centre-ville de Chaumont (52)...

Remerciements Klaus Weber - allekinos.com

Il est en effet fermé depuis le début de l'année 2009, par arrêté municipal pris après passage de la commission de sécurité...



La salle unique en 1951 (Photos © La Cinématographie Française)

De l'avis quasi-unanime de la clientèle chaumontoise, il semble hélas que ce cinéma (comme le deuxième de la ville qui lui est couplé, le Vox, que je vous présenterai prochainement) soit dans un triste état par manque général d'entretien !

Peut-être que l'hypothétique arrivée d'un multiplexe est-elle la cause de ce laisser-aller, qui risque bientôt de priver la préfecture haut-marnaise (ce serait une première en France...) d'écrans de cinémas !

Mise à jour du 17 janvier 2016 : après avoir rouvert, le cinéma "Eden" a définitivement fermé ses porte le 13 août 2012.


Localisation : Chaumont (52) - 4, ruelle Lardière


vendredi 8 mai 2009

Tourelles (Paris 20ème)


Avis aux amateurs et nostalgiques des temples cinématographiques à l'ancienne, voici un lieu resté incroyablement en l'état jusqu'à sa fermeture définitive le 20 mai 1986...

Au programme : un soleil de céramique au sol, une étoile de néon bleu au plafond, des colonnes, des portes battantes à hublot, des appliques années 30, des photos Harcourt sur les murs...

Ouvert en 1937, ce cinéma avec un grand balcon comportait alors 1100 places.

Dans les années 60, la scène fut agrandie pour permettre l'installation d'un écran 70 mm avec son stéréophonique.

Au début des années 80, il était question de rénover l'endroit pour faire des "Tourelles" un cinéma moderne d'exclusivité.

Comme l'opération n'aboutit pas, le quartier de la Porte des lilas n'étant pas jugé suffisamment porteur, le cinéma périclita petit à petit jusqu'à sa fermeture inéluctable et sa transformation en supermarché...

Tout n'est donc plus que souvenirs, seule la façade rappelant la majestuosité des lieux...

Localisation : Paris 20ème - 259, avenue Gambetta


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...