vendredi 31 décembre 2010

7 Parnassiens (Paris 14ème)


Ce complexe de sept salles (comme son nom l'indique !) est entièrement dédié aux films d'art et essai en version originale, chose assez rare dans le quartier Montparnasse.

Situé au fond d'une galerie commerçante reliant la rue Delambre au boulevard Montparnasse, la façade principale de l'établissement se situe sur ce dernier.

La façade actuelle, photographiée en 1996

C'est le 18 août 1978 que le célèbre exploitant parisien Boris Gourevitch a ouvert ce cinéma, alors baptisé "Les 5 Parnassiens", composé de cinq salles qui devaient s'accompagner d'une salle vidéo et d'un bar-restaurant qui ne seront finalement pas construits.

Quelques mois plus tard, deux nouvelles salles furent ajoutées en 1979, le complexe prenant alors son nom définitif.

L'entrée actuelle du cinéma, très pratique pour patienter les jours de froid et de pluie !

L'établissement est composé de deux grandes salles (250 places pour la n°1 et 270 places pour la n°2), deux salles moyennes (120 places pour la n°3 et 75 places pour la n°4) et trois petites salles (45 places pour la n°5, 55 places pour la n°6 et 30 places pour la n°7... la plus petite salle de Paris !).

L'entrée du cinéma photographiée en 1995

Toutes les salles sont très confortables, et même les plus petites sont plaisantes, car les conditions de projection ont été optimisées.

 La façade photographiée en 1994, au temps de l'enseigne au néon

Le cinéma fait partie du cinéma "Multiciné", qui comprend également les cinémas "5 Caumartin" et "Lincoln", déjà évoqués sur ce blog.

Suite à son dernier réaménagement, l'établissement comprend maintenant une galerie d'art, un espace de détente dans une cour à ciel ouvert, et un bar.

Le cinéma est également accessible par la rue Delambre (entrée de la galerie au n°18), sur laquelle donnent également les sorties de secours.

Les sorties de secours situées rue Delambre

Localisation : Paris 14ème - 98, boulevard du Montparnasse et 18, rue Delambre

 

mercredi 29 décembre 2010

Sélect (Rouen - 76)

Photo libre de droit (domaine public)

Situé à deux pas du Gros-Horloge, dans la rue qui porte son nom, le Sélect était un cinéma de 457 places avec balcon.

Son origine remonte au 13 décembre 1908, date à laquelle fut inaugurée "L'Innovation", en lieu et place d'un magasin de confection de la même enseigne, transformé en établissement cinématographique par son propriétaire !

Cet établissement fut le premier cinéma sédentaire créé dans la cité rouennaise.

Photo libre de droit (domaine public)

En septembre 1921, à la faveur d'un changement de propriétaire, le cinéma est rebaptisé du nom de "Sélect", qu'il conservera jusqu'à sa fermeture définitive en juillet 1952.

Localisation : Rouen (76) - 53, rue du Gros-Horloge

 

lundi 27 décembre 2010

UGC Apollo 3-5 (Nantes - 44)


L'histoire de ce petit complexe nantais de deux salles est beaucoup plus brève et beaucoup moins mouvementée que celle de son grand frère situé de l'autre côté de la rue !

Le 1er décembre 1976, il ouvre ses portes sous le nom de "Racine", emprunté à la rue dans laquelle il se situe.

Il possède deux salles de petite capacité (170 et 90 fauteuils), qui ont la particularité d'être toutes deux très pentues.

Non destiné à cela au début de sa carrière, le Racine s'oriente assez rapidement vers une programmation à caractère pornographique, avant de rejoindre en juillet 1984 le circuit UGC et de devenir les salles 3 et 5 de l'UGC Apollo voisin.

Il n'échappe hélas pas au funeste destin de ce dernier, et ferme également définitivement ses portes le 30 novembre 2003...

Le lieu est devenu aujourd'hui un magasin d'art floral.

Je vous convie à visiter ce blog surprenant, où vous pourrez visionner des photos de l'intérieur de ce cinéma, prises à l'occasion de la récupération de fauteuils par l'auteur du blog, pour meubler son intérieur !

Localisation : Nantes (44) - 22, rue Racine

 

samedi 25 décembre 2010

Palace (Boulogne-Billancourt - 92)


Ce bâtiment a abrité pendant de longues années une immense salle de cinéma de 1630 places, avant d'être transformé en grande surface de confection à bon marché...

C'est en 1920 que le "Capitole" a ouvert ses portes.

En 1938, il intègre le circuit Pathé-Cinéma, et devient le "Pathé-Palace".

Le cinéma est réaménagé en 1970 par l'architecte Vladimir Scob, et devient le "Palace", nom qu'il conserve jusqu'à sa fermeture définitive au milieu des années 70.

Le beau volume de l'ancienne salle de cinéma, vu depuis le passage Louis-Lumière

Localisation : Boulogne-Billancourt (92) - 149-151, boulevard Jean-Jaurès

Merci à Jean-Paul.

 

jeudi 23 décembre 2010

UGC Apollo 1-2-4-6-7 (Nantes - 44)

La salle en 2001, au temps des séances à 10 francs !

L'histoire de cet ancien cinéma nantais est riche et mouvementée !

Le 22 décembre 1908, le Théâtre Apollo ouvre ses portes, avec sa splendide salle de 1700 places.

Photo libre de droit (domaine public)

Ce jour-là, des projections cinématographiques eurent bien lieu, mais le lieu est en fait plutôt destiné aux concerts et pièces de théâtre, qui tiendront le haut du pavé jusqu'à la première guerre mondiale.

Puis progressivement, l'Apollo se consacre majoritairement aux séances de cinéma, jusqu'au terrible fait divers survenu le 27 mai 1921, où un incendie apparu dans un immeuble voisin conduit à la détérioration complète de l'intérieur de la salle, comme en témoignent les cartes postales de l'époque...

Photo libre de droit (domaine public)

Photo libre de droit (domaine public)

Photo libre de droit (domaine public)

Au prix de travaux intensifs, la salle est reconstruite en quelques mois par le propriétaire : le nouvel "Apollo" voit le jour en octobre de la même année, avec une salle de 1050 places comprenant deux balcons.

Le destin de cette belle salle unique bascule à nouveau en 1976, année où le cinéma ferme ses portes au mois d'avril pour renaître en octobre sous la forme d'un complexe de 5 salles (1230 places au total), l'UGC Apollo 1 à 5, devenu ensuite UGC Apollo 1-2-4-6-7 suite à l'intégration d'un petit complexe de 2 salles situé de l'autre côté de la rue (article à venir sur le blog !).

En 1997, pour concurrencer l'arrivée de multiplexes dans la périphérie nantaise, l'UGC Apollo propose une programmation révolutionnaire, avec la diffusion d'une multitude de films en fin d'exclusivité au tarif imbattable de 10 Francs (puis 2 euros) tous les jours à toutes les séances !

Hélas, cette politique de "discount" conduira à fragiliser l'équilibre financier de l'établissement, qui, additionnée avec une baisse de la fréquentation, provoquera l'inéluctable fermeture définitive le 30 novembre 2003...

 Photo © Jibi44 / Wikimedia Commons, septembre 2011 - Licence Creative Commons Attribution ShareAlike 3.0

Après quelques années de fermeture, le lieu est devenu une résidence de standing, abritée derrière la façade restaurée de l'ancien cinéma qui conserve le nom "Apollo"...

En mémoire de ce cinéma, je vous propose la vision d'un court-métrage réalisé par des étudiants de deuxième année de l'école CinéCréatis de Nantes, qui rend hommage à l'Apollo et aux nombreuses autres salles hélas disparues du quartier de la place Graslin...


Localisation : Nantes (44) - 21, rue Racine

Merci également à Denis et à son fabuleux site Silver Screens, qui m'a permis de compléter mes informations sur cette salle !

 

mardi 21 décembre 2010

ABC (Chartres - 28)


Situé à deux pas de la gare SNCF, ce complexe de 4 salles (697 places au total) ne propose hélas plus de séances de cinéma, cet établissement ayant fermé ses portes en janvier 2008 au moment de l'ouverture en centre-ville d'un multiplexe de 10 salles.

Avec son imposante façade, l'ABC était à l'origine un cinéma à salle unique de 750 places (Source : Annuaire Bellefaye 1969), inauguré en 1959.

 L'ABC en mars 1998, alors en activité...

Une autre photo de la façade de ce cinéma est visible sur ce site.

Localisation : Chartres (28) - 10, avenue Jehan de Beauce

Merci à Martine, et merci à Marc.

samedi 18 décembre 2010

Rabelais (Descartes - 37)


Ce petit cinéma de Touraine présente une façade assez inhabituelle avec son escalier permettant d'accéder à l'entrée de l'établissement !

Classé Art et Essai, ce cinéma municipal à salle unique de 173 fauteuils propose, principalement le week-end et le mercredi, une programmation de films récents dans une salle entièrement et récemment rénovée, très confortable et à la pointe de la technique.

Localisation : Descartes (37) - 18, rue Rabelais

Merci à Christian.

 

mardi 14 décembre 2010

Lynx (Paris 9ème)


A l'emplacement de ce gigantesque sex-shop se tenait un cinéma, qui trouve ses origines en 1911, avec l'ouverture au mois de février de "l'American-Théâtre", propriété d'une société anglaise de location de films.

Construit dans une cour, la salle initiale - sans balcon - augmente son volume en 1913 grâce à l'utilisation du bâtiment situé en façade du boulevard de Clichy : la salle est agrandie par l'arrière, avec la construction d'un balcon de 386 places, et la prolongation du parterre qui passe à 650 places, soit un total de 1036 fauteuils pour cette grande salle !

C'est l'architecte Marcel Oudin, futur constructeur du cinéma Madeleine (8ème), qui est le créateur de ce nouvel "American Théâtre" qui sera rebaptisé par la suite "American-Cinéma".

Une profonde mutation s'effectue en 1947, quand le cinéma est réaménagé par Pierre de Montaut et Adrienne Gorska, créateurs de la célèbre chaîne de cinémas d'actualité "Cinéac".

 La Place Pigalle vers 1952, avec le Cinéma Pigalle. On devine à l'extrême droite la façade et les enseignes du Lynx - Droits réservés

Le nouveau cinéma, devenu le "Lynx", comporte une immense façade encadrée d'enseignes lumineuses sur les quatre côtés, et composée d'un très grand panneau central peint surmonté par des lettres formant le titre du film et le nom des acteurs principaux, et situé au-dessus d'une belle marquise.

La salle est revue, mais conserve son balcon auquel on accède par des escaliers sur chaque côté.

Curieusement, un éclairage d'ambiance bleuté est conservé pendant la projection du film... !

 La Place Pigalle en 1968. On aperçoit la façade du Lynx deux ans avant sa fermeture, avec ses enseignes, sa marquise et ses portes d'entrée en rouge - Photo publiée avec l'aimable autorisation de Jean-Paul Machuré

La salle va malheureusement péricliter au fil des ans, et le 30 avril 1970 c'est un établissement devenu assez sordide qui ferme définitivement ses portes.

Transformé en complexe de loisirs, avec entre autres des salles de karaté, le bâtiment se transforme par la suite en un immense sex-shop au nom évocateur de "Sexodrome"... tout un programme !

Localisation : Paris 9ème - 23, boulevard de Clichy

 

jeudi 9 décembre 2010

Trianon (Sotteville-lès-Rouen - 76)

Photo libre de droit (domaine public)

 Photo libre de droit (domaine public)

Le Trianon était un cinéma à salle unique de 746 places, situé dans la banlieue de Rouen (76).
Il a ouvert ses portes à la fin de 1932, ou au début de 1933.

Sa fermeture se situe au mois de décembre 1964.

Le bâtiment est toujours existant : c'est maintenant une salle de concerts très en vogue !

Capture d'écran © Google Maps

Localisation : Sotteville-lès-Rouen (76) - 114, avenue du 14 Juillet

Pour plus de renseignements sur les salles de cinéma rouennaises, consultez l'excellent site Rouentographe !


mardi 7 décembre 2010

MK2 Bastille côté Beaumarchais (Paris 11ème)

Photo © LPLT / Wikimedia Commons, août 2009 - Licence Creative Commons Attribution ShareAlike 3.0

Mise à jour du 17 septembre 2017 : depuis le 19 avril 2017, le cinéma "MK2 Bastille" est rebaptisé "MK2 Bastille côté Beaumarchais".

Ce cinéma est le premier établissement créé par le cinéaste-distributeur-producteur Marin Karmitz.

Le 1er mai 1974, le "14 Juillet-Bastille" ouvre ses portes, il doit alors son nom à la date de la prise de la Bastille un certain 14 juillet 1789...

Composé à l'époque de trois salles de capacité moyenne (140, 85 et 50 fauteuils) à la décoration spartiate, c'est une espèce d'OVNI qui est créé dans un quartier voué alors aux films pornos et de kung-fu !

Le 14 Juillet-Bastille propose des films en version originale, des débats, et même la vente d'ouvrages dans un espace librairie qui fait également office de salle d'expositions !

A la fin des années 70 la librairie ferme ses portes, et est remplacée par une quatrième salle qui voit le jour en 1983.

Cette salle n°4 devient la plus grande et la plus confortable du complexe, avec ses 260 fauteuils.

La façade en 1994, au temps du 14 Juillet-Bastille...

Depuis le 29 avril 1998, le 14 Juillet Bastille est devenu le MK2 Bastille, à l'instar des autre salles du circuit.

Les salles ont été rénovées, et proposent maintenant respectivement 114, 72, 45 et 237 fauteuils dans un confort amélioré et une insonorisation revue pour diminuer les vibrations du métro... tout proche !

La sortie de secours, à la façade imposante, est située sur le boulevard Richard-Lenoir...

Localisation : Paris 11ème - 4, boulevard Beaumarchais

 

vendredi 3 décembre 2010

Aragon (Pau - 64)

La façade du cinéma en 1974 - Photo © cyber base - Licence Creative Commons by-nc 2.0

L'Aragon était un cinéma à salle unique de 351 places (source Bellefaye 1969).

Je ne possède pas d'informations sur cet établissement, les divers clichés attestant de son existence en 1948 et en 1974...

La façade du cinéma en 1948 - Droits Réservés

La façade du cinéma en 1949 - Droits Réservés 

En 1994, un restaurant-night-club très couru par la population paloise, le "Black Bear", ouvre ses portes en lieu et place de l'ancien cinéma...

Fermé depuis 2008, un nouvel établissement "branché" dénommé le "Barroco" vient le remplacer en 2010...

Photo © cyber base - Licence Creative Commons by-nc 2.0

Localisation : Pau (64) - 5, square George V 

 

mardi 30 novembre 2010

Palace (Colombes - 92)

Photo libre de droit (domaine public)

Le "Colombes-Palace" était un superbe établissement cinématographique de 1500 places, avec une scène de 8 m x 7 m permettant d'accueillir également des spectacles et concerts, qui ouvrit ses portes en 1919.


Document © SIAF/Cité de l'Architecture et du Patrimoine/Archives d'Architecture du XXe siècle - Cliché Anonyme

Photo libre de droit (domaine public)

Photo libre de droit (domaine public)

En 1938, le cinéma prend le nom de "Colombes-Pathé", avant d'être rebaptisé plus simplement le "Palace".

C'est sous cette dernière identité que ce temple du cinéma fermera définitivement ses portes en 1978...

Transformé en magasin de meubles, puis en supermarché, sa somptueuse façade, copie de celle du "Casino de Paris", est toujours présente, et rappelle les fastes d'antan...

Capture d'écran © Google Maps

A l'arrière du bâtiment, une fresque rappelle sa vocation première... (merci à Bernard pour la photo !)


 Localisation : Colombes (92) - 13-15, rue Saint-Denis

 

samedi 27 novembre 2010

Publicis Saint-Germain (Paris 6ème)


Ce cinéma a ouvert ses portes en octobre 1965, en même temps que le célèbre drugstore "Publicis" dans lequel il était intégré.

 © Bonnel Photo / Photographie publiée avec l'aimable autorisation de Monsieur Maurice Bonnel

C'était alors une salle d'exclusivité de 297 places, très luxueuse, entièrement décorée de cuir, de bois, de marbre et de cuivre !

 © La Cinématographie Française

 Originalité du lieu : un contact placé sous chaque fauteuil provoquait à l'abaissement de celui-ci l'allumage d'un voyant sur un tableau situé à côté de la caisse, permettant ainsi aux clients de visualiser les fauteuils occupés et libres !

La salle fut programmée par la société Parafrance jusqu'à la faillite de celle-ci, puis fut reprise par Gaumont en 1984, qui entreprit une rénovation complète en 1986, en gardant heureusement le style d'origine.

La capacité de la nouvelle salle fut ramenée à 220 fauteuils.

La vente du Drugstore puis la transformation de celui-ci en "mégastore" Armani sonna le glas du Publicis Saint-Germain, qui tira sa révérence le 2 janvier 1996...

Localisation : Paris 6ème - 149, boulevard Saint-Germain

Merci à Didier Noisy pour la photo de la salle.

mercredi 24 novembre 2010

Royal-Palace (Nogent-sur-Marne - 94)


Ce superbe cinéma a ouvert ses portes en 1921, sous le nom de "Nogentais-Palace".

 Photo libre de droit (domaine public)

La façade est admirable, avec ses motifs ornementaux, ses grandes baies vitrées, et son balcon !

La salle de 900 places, qui s'apparente à un théâtre, possède un parterre et un balcon mais également une grande scène et une fosse d'orchestre.

 Photo libre de droit (domaine public)

Rapidement rebaptisé "Royal-Palace", l'établissement propose outre son activité cinématographique, de nombreux spectacles de music-hall, concerts et pièces de théâtre.

Devenu la propriété de Jean Verrechia en 1955, futur co-fondateur de la firme UGC, le Royal-Palace va connaître une profonde transformation en 1970...

La salle est totalement remaniée, et le cinéma devient un complexe de quatre salles baptisé "Artel", du nom d'un chaîne alors en vogue dans la banlieue sud-est de Paris.

La façade est alors défigurée, les baies vitrées et le balcon  disparaissant sous de criards caissons lumineux...

Devenu un cinéma d'exclusivité grand public, l'Artel n'échappe pas à la crise de la fréquentation des années 80, et ferme ses portes le 30 juin 1989...


Heureusement, la carrière du lieu ne s'arrête pas là, et, tel un phénix renaissant de ses cendres, le cinéma retrouve son nom majestueux de "Royal-Palace" et sa façade d'origine - classée monument historique en mai 1990 - magnifiquement restaurée, à l'occasion d'une réouverture en 1997, grâce à la municipalité ayant racheté la salle en 1995 !

Le Royal-Palace est toujours composé de quatre salles (226, 135, 135 et 135 places), à la pointe du confort et de la technologie.

Deux nouvelles salles sont actuellement en construction, le Royal-Palace poursuit sa route !

Localisation : Nogent-sur-Marne (94) - 165, Grande Rue Charles de Gaulle

Merci à Jean-Paul pour les photos.

 

dimanche 21 novembre 2010

Sélect (Evron - 53)



Dans quelques mois, ce petit cinéma de 2 salles (160 places au total) ne sera plus qu'un souvenir...

En effet, un nouvel établissement de 3 salles (250, 100 et 80 places) est en cours de construction dans un autre quartier du centre-ville, et doit remplacer le vieillissant Select !

Je n'ai malheureusement guère d'informations sur l'histoire de ce cinéma, j'en retrouve la trace dans mon annuaire Bellefaye 1969 comme salle unique de 270 places, avec une adresse légèrement différente (même rue, mais n°4 au lieu de n°18...).

Des informations complémentaires sont les bienvenues !

Localisation : Evron (53) - 18, rue de la Grande Cour

 

vendredi 19 novembre 2010

Lucernaire (Paris 6ème)

Photo © LPLT / Wikimedia Commons, juin 2010 - Licence Creative Commons Attribution ShareAlike 3.0

En juin 1977, un étonnant lieu de culture ouvre ses portes dans une ancienne usine de soudure désaffectée, à quelques encablures du quartier Montparnasse !

Etonnant de par la présence d'une place publique reconstituée de pair avec une rue intérieure pavée et une fontaine Wallace, le "Lucernaire-Forum", ainsi initialement prénommé, est constitué de deux salles de théâtre, deux salles de cinéma, une salle de concert, une galerie de peinture, un café-brasserie et un restaurant !

C'est surtout le théâtre qui est privilégié dans ce lieu, les deux petites salles de cinéma en sous-sol (60 et 70 places) proposant des films en continuation d'exclusivité, dans un confort rudimentaire...

En 1986, une troisième salle de 45 places est ajoutée par la transformation de l'ancienne salle de concert.

Depuis quelques années, l'appellation du lieu a perdu le mot de "Forum" - peut-être pour éviter toute confusion avec le Forum des Halles ? - et les trois salles de cinéma du Lucernaire ont gagné leurs lettres de noblesse, en proposant de nos jours une programmation Art et Essai originale et exigeante, agrémentée de rencontres-débats et de festivals réguliers.

La façade en 1994, l'enseigne n'indique toujours pas l'ajout de la troisième salle huit ans plus tôt... !

Localisation : Paris 6ème - 53, rue Notre-Dame-des-Champs

 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...