samedi 11 octobre 2014

Rio-Opéra (Paris 2ème)

Le "Rio-Opéra" en 1955 -  Photo © LAPI / Roger-Viollet / http://www.parisenimages.fr/

Ce cinéma des grands boulevards, proche de l'Opéra, a débuté son activité en décembre 1906.

Il porte alors l'étrange nom de "Kinéma-Théâtre Gab-Ka", du nom de son propriétaire, Gabriel Kaiser !

Photo libre de droit (domaine public)

Zoom sur la façade du "Kinéma-Théâtre Gab-Ka"

Construit à l'emplacement d'un bar, le "Gab-Ka" possède une salle tout en longueur de 300 places, et se définit comme un établissement luxueux qui propose principalement des programmes d'actualités.


Le 14 juillet 1916, l'établissement est rebaptisé le "Sélect".


A partir de l'automne 1918, l'établissement s'oriente vers une nouvelle activité, et devient un cabaret artistique, la "Boîte à Fursy".

Cette nouvelle activité sera de courte durée, et il redevient un cinéma sous le nouveau nom de "Cinéma des Boulevards", puis de "Corso-Opéra" à la fin de l'année 1923.



Dix ans plus tard, resté le seul cinéma parisien d'exclusivité "muet", il est enfin équipé pour le cinéma "parlant".

La dernière étape de sa vie correspond à sa transformation en un nouvel établissement de 400 places, le "Rio-Opéra" qui ouvre ses portes en octobre 1953 après quatre mois de travaux.

Il poursuivra pendant plus de 30 ans une carrière de cinéma d'exclusivité à salle unique, jusqu'à sa fermeture définitive le 1er janvier 1984...

Il sera ensuite transformé en restaurant.

L'emplacement de l'ancien "Rio-Opéra" correspond au restaurant à la façade rouge -  Capture d'écran © Google Maps

Localisation : Paris 2ème - 27, boulevard des Italiens

 

3 commentaires:

  1. Bonjour,

    Je suis passé sur les Grands Boulevards ce week-end et je me suis arrêté à la hauteur de ce qu'était à la fin le "Rio Opéra". Actuellement, il y a un restaurant asiatique le "Yakisoba". Mais si on regarde au-dessus du restaurant, il y a une sorte de frontispice en marbre noir (très 1900) en largeur et en deux parties. La partie basse possède des angelots. La Partie haute avec deux fenêtres : des inscriptions illisibles d'un ancien commerce...

    J'ai connu le "Rio Opéra" avec quelques films, mais j'évitais cette salle à cause de la largeur de l'écran qui coupait le format du scope (la salle n'était pas assez large). Vous me direz que "Lawrence d'Arabie" et "Ben-Hur" sont bien passés au "Mac-Mahon depuis ! ... Mais bon pour ma part, le "Mac-Mahon" et feu le "Rio Opéra" sont ou étaient deux salles destinées exclusivement au format standard.

    J'ai vu notamment en reprise au "Rio Opéra" vers la fin des années 60 "Le Gentleman d'Epsom" puis l'exclusivité d'un film de Sam Peckinpah : "Junior Bonner (*)" avec Steve McQueen.

    La salle en longueur était très propre avec des luminaires de salon en forme d'applique avec des breloques de verre , une couleur vers un jaune pâle (il me semble) pour les murs. Un charme tout a fait désuet déjà à l'époque, un peu hors du temps. Quel dommage qu'adolescent je n'ai pas eu le réflexe d'y faire des photographies... Cinématographiquement votre (Michel Portier)

    (*) Ironie du sort, en France "Junior Bonner, le dernier bagarreur" (tourné en Todd-AO 35, l'équivalent de la Panavision scope) est proposé en DVD depuis des années en format carré "Pan et Scan". Encore plus rapetissé que lorsqu'il passait au "Rio Opéra"... Je n'ai jamais acheté ce DVD de m... mais à la FNAC des Champs-Élysées, je l'ai trouvé très vite aux débuts des années 2000 en import USA avec le bon format en scope 2.35 (sous-titré français mais pas de VF).

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce témoignage très détaillé, notamment sur l'intérieur de la salle, et la nostalgie sous-jacente qui en émane !

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, je reviens vers vous au sujet du "Rio-Opéra", en fait c'est moi qui utilise Coogle avec le nom de ma compagne (j'avais dû oublier de sélectionner "anonyme") et de signer à la fin avec mon nom comme je le fais ailleurs sur votre site. On peut dire que le "Rio-Opéra" était collé à l' "Impérial-Pathé", puisqu'ils étaient côte-à-côte. Il serait d'ailleurs intéressant de trouver un document avec les deux cinémas ensembles.
    Je suis tombé sur la couverture d'un livre où l'on voit la façade d'un cinéma parisien (je ne vois pas actuellement lequel) avec justement comme au "Rio-Opéra" la reprise en janvier 1969 du "Gentleman d'Epsom". Le succès phénoménal que connaissait Louis de Funès depuis 1964 (avec notamment "Le Corniaud") fait que l'on ressortait des films où il n'était pas forcément la tête d'affiche. "Le Tatoué" avec Jean Gabin et lui (sorti peu de temps avant aux cinémas "Berlitz" et Ambassade") a donné l'idée à un distributeur de ressortir "Le Gentleman d'Epsom" sous un autre titre : "Les Grands seigneurs" et l'apparition sur l'affiche de Louis de Funès auprès de Jean Gabin (ce dernier gardant la même silhouette et position qu'à l'origine de la première affiche.
    Cinématographiquement votre. Michel Portier.
    PS : Le livre s'intitule : "Le PCF et le cinéma français de la Libération à nos jours".

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...