jeudi 31 décembre 2015

Ciné-Phalsbourg (Phalsbourg - 57)


Ce cinéma est situé dans la salle des fêtes de la ville.

Il débute son activité en août 1925.

Entre 1945 et 1947, le cinéma prend le nom de "Central", et le partage du lieu avec les activités théâtrales et associatives est parfois difficile...

De 1948 à 1952, le lieu est rebaptisé "Étoile", à l'occasion d'un changement d'exploitant.

La salle est rénovée au milieu des années 50, avec notamment la construction d'un balcon.

Après une période de fermeture, une association, "Phalsbourg-Cinéma", reprend l'activité cinématographique en 1982.

Le "Ciné-Phalsbourg" propose des projections hebdomadaires le mercredi  à 20h30 ainsi que des films à destination des scolaires, dans la salle de 160 places.

Localisation : Phalsbourg (57) - Place de la Halle aux Grains

Merci à Daniel Collin.

lundi 21 décembre 2015

Arcades (Paris 2ème)

Les origines de ce cinéma remontent à l'année 1906, avec l'ouverture le 14 décembre du "Théâtre du Cinématographe Pathé", rapidement rebaptisé "Omnia-Pathé", un établissement situé à côté du "Théâtre des Variétés", et construit à l'emplacement d'un café.

Photo © Léon et Lévy / Roger-Viollet / http://www.parisenimages.fr/

Derrière une façade "Modern Style", qui rappelle le style Guimard des entrées du métro, un long couloir conduit à une salle de 250 places avec balcon, édifiée dans une cour.

Devenu trop petit, l’établissement est remanié en 1912, avec une nouvelle façade, et surtout une nouvelle salle à la décoration luxueuse qui voit sa capacité quasiment doublée !


La nouvelle salle peut accueillir dorénavant 491 spectateurs, dont 374 à l'orchestre.




Le cinéma s'oriente vers une nouvelle programmation de film d'actualités, d'abord à partir de mai 1934, quand il propose sous le nom de "Omnia-Ciné-Informations" des actualités "Pathé-Natan".

A cette occasion, le hall de établissement est transformé pour permettre l’agrandissement de la salle à 700 places.

  Photo libre de droit (domaine public)

Puis deux ans plus tard, en mai 1936, c'est sous le nom de "Cinéphone-Petit Parisien", puis "Cinéphone-Montmartre", que le cinéma continue sa carrière de salle d'actualités.

 Le hall du "Cinéphone-Petit Parisien" en janvier 1939 -  Photo © Excelsior - L'Equipe / Roger-Viollet / http://www.parisenimages.fr/

En mars 1947, la formule ne fait plus recette, et le cinéma reprend une programmation classique sous le nouveau nom de "California".

La capacité de la salle est réduite à 590 places.

Au temps du "California"... - Photo libre de droit (domaine public)

Le cinéma va connaître une nouvelle carrière : après six mois de fermeture pour transformation par l'architecte Maurice Gridaine, la salle reprend en janvier 1959 son nom originel "Omnia", et se compose dorénavant d'une salle de 680 places, équipée pour la projection 70 mm.

Arrivent le début des années 70, qui voient la transformation du cinéma à salle unique en complexe de deux salles, sous le nom "Omnia-Boulevards".

Ce complexe propose une programmation de films grand public en version française, avant de s'orienter vers le cinéma pornographique à partir de 1979.



La dernière transformation du lieu se produira à l’été 1982, avec l'ajout d'une troisième salle au complexe (299, 99 et 189 places au total), qui retrouve une programmation de films grand public et de films d'action et prend le nouveau nom d'"Arcades".

Doté d'un confort très insuffisant, et dans un état de délabrement avancé, le cinéma ferme définitivement ses portes le 8 septembre 1987, et se transforme en supermarché, avant d'être absorbé dans une grande surface de produits culturels.

Localisation : Paris 2ème - 5, boulevard Montmartre

  

lundi 14 décembre 2015

Atlas (Les Anses-d'Arlet - 972)


Ouvert en 1905, ce cinéma ultramarin a été exploité pendant plusieurs décennies par Monsieur Athanase Dorival, un vétéran de l'exploitation cinématographique martiniquaise.


La salle possède une capacité de 88 places.



Avant les années 60, l'établissement projetait uniquement des films 16 mm, avant de passer au format 35 mm.


Fermé depuis la fin de l'année 2013, le cinéma a rouvert ses portes le 27 juin 2015, la municipalité, devenue propriétaire des lieux, ayant heureusement souhaité poursuivre l'exploitation du seul cinéma existant dans le sud de l'île !

Localisation : Les Anses-d'Arlet (972) - Rue Félix-Eboué

Merci à Daniel Collin pour ce dépaysement... bien loin de Sarreguemines !


samedi 5 décembre 2015

Impérator (Paris 11ème)

Photo libre de droit (domaine public)

Ce cinéma de quartier a ouvert ses portes le 6 novembre 1931.

Zoom sur la façade du cinéma - Photo libre de droit (domaine public)

Il possédait une immense salle pouvant accueillir 1700 spectateurs.

Il a fermé définitivement ses portes le 1er juin 1965.

De nos jours, le cinéma a totalement disparu, remplacé par un immeuble et un bureau de poste.

Localisation : Paris 11ème - 113, rue Oberkampf

jeudi 26 novembre 2015

Rex (Roye - 80)

Photo libre de droit (domaine public)

Le cinéma "Rex" de Roye (80), avec sa magnifique façade de style art-déco, a probablement ouvert ses portes dans les années 30, la carte postale qui suit ayant circulé en 1939.

Photo libre de droit (domaine public)

La salle pouvait accueillir environ 600 spectateurs.

Photo libre de droit (domaine public)

Photo libre de droit (domaine public)

 Le cinéma cesse son activité vers la fin des années 70.

Le 15 janvier 1987, l'établissement est transformé en discothèque, la façade perdant au passage une grande partie de son originalité...

Cet établissement ferme à son tour en mars 2009.

Capture d'écran Google Earth

Depuis mai 2015, après des travaux de réaménagement, le lieu est devenu un centre culturel et artistique, et accueille notamment des spectacles musicaux.

Localisation : Roye (80) - 17, boulevard du Général-Leclerc

mercredi 18 novembre 2015

Ba-Ta-Clan (Paris 11ème)

Cet article est écrit en hommage aux victimes de la barbarie du vendredi 13 novembre 2015, dans les rues de Saint-Denis et de Paris, ainsi que dans la salle du Bataclan, qui fut pendant longtemps un établissement cinématographique.


Le Ba-Ta-Clan était à l'origine un café-concert qui avait ouvert ses portes le 3 février 1865.

D'architecture chinoise avec son toit en forme de pagode, il était composé d'un théâtre et d'un café au rez-de-chaussée, et d'un dancing au premier étage.

Photo © Charles Lansiaux / Musée Carnavalet / Roger-Viollet / http://www.parisenimages.fr/

Programmant au départ des concerts, elle s'oriente rapidement avec succès vers les revues et les opérettes.

Photo libre de droit (domaine public)

Photo libre de droit (domaine public)

Une première incursion vers le cinématographe se produit pour quelques mois en 1926, avant que la salle ne s'oriente vers le théâtre l'année suivante.

C'est en juin 1932 que l'établissement devient un cinéma à part entière, avec une salle pouvant accueillir 1400 spectateurs.

Après des travaux de reconstruction opérés en 1952, c'est en décembre de la même année que le cinéma rouvre ses portes avec une salle de 1550 places où les décors chinois d'époque ont disparu, ainsi que la pagode du toit !

Le "Ba-Ta-Clan" cesse son activité cinématographique le 14 octobre 1969, puis devient une salle de spectacles et concerts en 1983, après de longues années de sommeil...



Localisation : Paris 11ème - 50, boulevard Voltaire

 

mercredi 11 novembre 2015

Etoile Pagode (Paris 7ème)


Au premier jour d'une période qui s'annonce incertaine pour l'avenir du dernier cinéma encore en activité dans le 7ème arrondissement (le Studio-Bertrand étant à l'abandon depuis bientôt 30 ans...), voici l'histoire particulière de ce lieu atypique !

Ouvert en mars 1931, le cinéma "La Pagode" est installé dans une véritable pagode japonaise, importée en pièces détachées par un des directeurs des Magasins du Bon Marché, et remontée sur site pour offrir en cadeau de mariage à sa future épouse !

Inauguré en 1896, le bâtiment sert d'abord de salle de réception, avant de se transformer en cinéma.

La salle de 212 places, toute en longueur, possède un décor exotique, fait de peintures, dorures, tapisseries et lustres, de style oriental comme il se doit !


Le cinéma se spécialise rapidement dans l'art et essai, et attire nombre de cinéphiles exigeants depuis les années 50.

A l'été 1973, l'établissement ferme quasiment jusqu'à la fin de l'année pour entreprendre des travaux de rénovation, ainsi que la construction en sous-sol d'une seconde salle de 175 places, dans un style moderne et dépouillé, totalement différent de la salle originelle.

Photo © Lars (Lon) Olsson, 1977 / Wikimedia Commons -  Licence Creative Commons paternité – partage à l’identique 3.0 (non transposée)

Le jardin japonais est également aménagé pour accueillir la clientèle du cinéma.


En 1979, le cinéma entre dans le circuit Gaumont, et continue sa carrière art et essai jusqu'en décembre 1997, où un différend avec le propriétaire conduit à la fermeture provisoire de la salle, en raison de la dégradation avancée de l'établissement, et de la nécessité de procéder à de lourds et coûteux travaux de rénovation...

En novembre 2000, la "Pagode" rouvre enfin ses portes aux spectateurs, après quelques travaux de sécurisation, avec un nouvel exploitant à sa tête.

En 2013, le cinéma est rebaptisé "Etoile Pagode".

Mais quinze années plus tard, l'histoire se répète : après une bataille judiciaire de 3 ans entre la propriétaire et l'exploitant "Etoile-Cinémas", ce dernier vient d'être expulsé des lieux, et la dernière séance a eu lieu le 10 novembre 2015...

Quel sera l'avenir de ce cinéma, classé monument historique depuis 1990 ?

La propriétaire assure vouloir pérenniser l'activité cinématographique du lieu, mais cela sera-t-il suffisant ?

Depuis hier, le septième arrondissement et ses cinéphiles sont orphelins...

Localisation : Paris 7ème - 57 bis, rue de Babylone

 

samedi 7 novembre 2015

Foyer Jolival (Le Val-de-Guéblange - 57)


La construction du "Foyer Rural" a débuté vers 1938-1939, et c'est vers la fin des années 40 que l'exploitation cinématographique débute dans cette salle de 300 places équipée d'une scène de 8 mètres, d'abord en format 16 mm, puis en 35 mm à partir de 1953.

Le cinéma ferme ensuite pour une longue période au début des années 70.

A la fin des années 70, le lieu est repris par une association, qui restaure entièrement l'intérieur et la façade.


L'exploitation cinématographique commerciale reprend ses droits de 1982 à 1986, puis l'établissement, devenu "Foyer-Jolival", devient une salle multi-activités.

 L'intérieur de la salle, où les fauteuils ont disparu...


Des projections non-commerciales ont lieu de manière sporadique, toujours en 35 et 16 mm en raison de l'absence d'équipement pour la projection numérique : des séances enfantines, des festivals et des soirées thématiques sont organisées.

Localisation : Le Val-de-Guéblange (57) - 9, rue de l'Abbé-Monsieux

Un grand merci renouvelé à Daniel Collin pour les photos et les éléments historiques et techniques !

Je vous rappelle son ouvrage : "100 ans de cinémas à Sarreguemines" (Association Confluenence - Archives Municipales - 30, rue du Parc - 57200  Sarreguemines).

 

samedi 31 octobre 2015

Rex (Evreux - 27)

Le "Rex" en 1982 - Capture d'écran du site "www.paris-normandie.fr" du 24/08/2015

Le cinéma "Rex" a vu le jour en 1960, c'était un établissement avec une salle de 514 places comportant un orchestre et un balcon.

Il proposait une programmation variée, faite à la fois de films grand public et de films d'art et essai.

En 1988, une seconde salle de 130 places est créée à l'étage du bâtiment, et la capacité de la salle originelle est réduite de 100 places pour améliorer le confort des spectateurs.

 Une enseigne "Rex" est toujours présente ! - Capture d'écran Google Earth

Le "Rex" ferme définitivement ses portes en 2001, et est remplacé deux années plus tard par un supermarché.

Localisation : Evreux (27) - Place Georges-Clémenceau

 

dimanche 25 octobre 2015

Cinémovida Le Palace (Béziers - 34) / Compléments : un destin tragique...

Pour faire suite à l'article sur le "Cinémovida Le Palace" publié en février 2010, voici quelques photos pour illustrer le destin funeste dont il a été la victime en mai 2012, un peu plus d'un an après sa fermeture définitive...

C'est un incendie consécutif à l'occupation illégale du bâtiment par des squatteurs qui a eu raison de ce complexe de 5 salles...

Les salles situées en étage ont été ravagées par les flammes, celle situées en bas ayant été inondées par les milliers de litres d'eau déversés pour venir à bout du sinistre...

Les images parlent d'elles-même...

L'ancienne grande salle 1, totalement ravagée par les flammes...

L'ancienne salle 2

L'ancienne salle3

Les restes fantomatiques d'un écran...





L'ancien cinéma devrait être rasé par la municipalité, propriétaire des lieux, pour laisser place à des logements sociaux.

Localisation : Béziers (34) - 5, avenue Saint-Saëns

Un grand merci à Valère pour ces informations et ces photos !

mercredi 14 octobre 2015

Napoléon (Paris 17ème)


Le cinéma "Napoléon", à deux pas des Champs-Elysées, a ouvert ses portes en juillet 1934.

C'était un cinéma d'exclusivité à salle unique de 600 places, avec un balcon.

Suite à des travaux de rénovation et d'agrandissement, la salle peut accueillir 900 spectateurs à l'automne 1947.


La carrière du cinéma va radicalement changer en 1979 avec la transformation de l'établissement en complexe : deux salles ouvrent d'abord au mois d'avril (320 et 170 places), puis deux autres les rejoignent à la fin de l'été (90 et 45 places).

Peu de temps après sa transformation, le "Napoléon" va se spécialiser dans les dessins animés et films Disney, jusqu'à sa fermeture définitive le 12 avril 1988.

Capture d'écran © Google Earth

Après avoir été reconverti en agence bancaire, l'ancien cinéma est aujourd'hui occupé par un showroom automobile.

Localisation : Paris 17ème - 4, avenue de la Grande-Armée

 

vendredi 9 octobre 2015

Vox (Sarreguemines - 57)


Le cinéma "Vox" ouvre ses portes en 1938 à l'emplacement d'une salle de restauration située au premier étage d'un bâtiment accueillant une brasserie en rez-de-chaussée.

La salle peut accueillir 276 spectateurs.

Durant l'occupation allemande, la salle change de nom de 1943 à 1945 et devient le "Saar-Filmtheater" avant de reprendre son ancienne identité.

A partir de 1953, ce cinéma de quartier se spécialise dans les films en langue allemande, avec une programmation atteignant 60 % certaines années !

Le "Vox" et son enseigne visible sur la gauche de la carte postale - Photo libre de droit (domaine public)

Le cinéma ferme définitivement ses portes en 1967.

De nos jours le bâtiment a été transformé en appartements, et l'ancienne entrée du "Vox" a été démolie pour laisser place à un chemin d'accès pour l'arrière du bâtiment.


Localisation : Sarreguemines (57) - 40, rue du Maréchal-Foch

Un grand merci renouvelé à Daniel Collin pour les photos actuelles et les éléments historiques et techniques !

Je vous rappelle son ouvrage : "100 ans de cinémas à Sarreguemines" (Association Confluenence - Archives Municipales - 30, rue du Parc - 57200  Sarreguemines).

 

lundi 5 octobre 2015

Central (Pantin - 93)

Photo libre de droit (domaine public)

Le cinéma "Pêle-Mêle", deuxième établissement de la ville de Pantin, a ouvert ses portes en 1911.

Il est reconstruit en 1932, avec une grande salle de 1500 places.

Devenu au fil du temps le "Central-Palace", puis le "Central", l'établissement ferme définitivement ses portes en 1964 et devient un supermarché.

De nos jours, la façade caractéristique est toujours bien identifiable.

Capture d'écran © Google Maps

Capture d'écran © Google Maps

Le nom du cinéma est encore lisible au sommet de la façade !

Capture d'écran © Google Maps

Capture d'écran © Google Maps

Localisation : Pantin (93) - 5, rue Jules-Auffret

 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...