dimanche 1 février 2015

Club Vidéo Gay (Paris 18ème)

Au temps glorieux du "Colorado" en avril 1973, avec au programme  "La tarentule au ventre noir", un film de Paolo Cavara -  Photo © Roger-Viollet / http://www.parisenimages.fr/

Avant de s'orienter vers le cinéma pornographique, il est bon de se souvenir que cet établissement fut pendant de nombreuses années la seule salle de cinéma parisienne spécialisée dans les films d'horreur et d'épouvante !

C'est en juillet 1959, à l'emplacement d'un ancien commerce, que naquit le "Colorado", un cinéma de 220 places réparties entre un orchestre de taille modeste, surnommé la "crypte" par les habitués des lieux, et un balcon.

Pour bien se démarquer des cinémas traditionnels, le "Colorado" arborait une façade extraordinaire à base de décors macabres !

Le "Colorado" en avril 1973 -  Photo © Roger-Viollet / http://www.parisenimages.fr/

Le hall d'entrée n'était pas en reste, avec notamment la présence d'un véritable cercueil !

Pendant de longues années le cinéma sera donc le temple du cinéma d'épouvante, avant de s'orienter en 1974 pendant quelques mois vers le film de karaté, autre genre en vogue dans le quartier...

Puis il revient vers le cinéma d'épouvante, proposant alors deux films au même programme.

Hélas, le cinéma change de propriétaire à la fin de l'année 1977, et intègre le circuit pornographique "Alpha-France" en devenant au début du mois de janvier 1978 le cinéma "Alpha-Blanche"...

La magnifique façade, qui avait connu trois versions différentes depuis la naissance du cinéma, disparaît alors à tout jamais !

A la fin du mois de décembre 1982, le cinéma laisse la place à un établissement "gay" proposant des projections vidéos, le "Club Vidéo Gay".

Puis au cours des années 90, l'établissement devient un "théâtre" pornographique, toujours d'actualité de nos jours malgré plusieurs changements d'enseignes.

 La façade en 2008 - Capture d'écran © Google Maps

La façade actuelle - Capture d'écran © Google Maps

Localisation : Paris 18ème - 80, boulevard de Clichy

 

2 commentaires:

  1. Cet ancien cinéma dont l'activité aura duré près d'un quart de siècle a connu 3 enseignes : pour info, tout au long du parcours nous sommes et restons bien à Paris. En premier, le Colorado qui faisait partie d'un circuit de salles programmant des films d'horreur, avec le Brady (39 boulevard de Strasbourg - 10ème), le Styx (11 rue de la Harpe Huchette, où au fond de la salle il y avait 3 cercueils debouts, futur cinéma d'art et d'essai dès 198x avec 2 salles : le Studio de la Harpe Huchette fermé vers 1985/1986. Le Midi-Minuit : 14 boulevard Poissonnière - 9ème, avant de sombrer dans le porno en 1971 et de fermer en 1985; le Mexico : d'abord salle unique, sise 110 boulevard de Clichy - 18ème de 1965 à 1976, année où il se divisera en 3 salles X de 55 fauteuils, au sous-sol et, 2 salles de 38 et 39 fauteuils, au rez-de-chaussée et terminant porno en 1988 (vidéo-cinémas).
    Bien plus tard, 2 cinémas passeront 2 films au même programme avec films d'horreur dans l'une des 3 salles de l'Hollywood-Boulevard (4 bd de Montmartre - 9ème) et l'une des 2 salles de la Gaîté-Boulevard (ex : Argos) 25 boulevard Poissonnière qui fermera en novembre 1986, alors que l'Hollywood Boulevard fermera le 19/08/1992 et sera démoli, remplacé par un immeuble.
    Concernant le circuit des salles porno "Alpha-France", il y avait : l'Alpha-Sébastopol (40 boulevard de Sébastopol - 4ème), le Latin (43 boulevard Saint-Michel), les 4 Alpha-Elysées (126 rue de la Boétie) les 3 Ciné-Havre 92 rue de Saint-Lazare - 9ème, l'une des 2 salles du Ciné-Nord (29 rue de Dunkerque - 10ème) et l'une des des 2 salles des Nord-Cinémas 6 boulevard de Denain -10 ème, l'une des 5 salles de la Scala (13 boulevard de Strasbourg - 10ème), les 2 salles Bastille-Palace - 4 boulevard Richard Lenoir - 11ème, le Galaxie (104 avenue d'Italie - 13ème), la Gaîté (6 rue de la Gaîté - 14ème), l'un des 5 Cinévog-Montparnasse (20bis rue de la Gaîté - 14ème), le Maine-Rive Gauche (95 avenue du Maine - 14ème), le Clichy-Palace (49 avenue de Clichy - 17ème) et l'Alpha-Blanche -18ème 80 bd de Clichy. Pour terminer, concernant les cinémas homo (ou gays), il y en a eu 6 à Paris à différentes époques (entre 1976 et 1986) : à commencer par le Dragon, devenu Dragon club-vidéo Gay situé 24 rue du Dragon - 6ème) 272 fauteuils devenu un magasin de surgelés Picard, ensuite La Marotte (ex: le Vivienne) futur Boy's-Vidéo-Club situé 49 rue Vivienne - 2ème, 395 fauteuils devenu un parking après démolition, poursuivons avec le Far-West devenu le Far-West-vidéo-boy situé 47 bd Saint-Martin 3ème) démoli remplacé par un immeuble et pour poursuivre, le TCB42 (42 rue Fontaine - 9ème) devenu le théâtre de la Comédie de Paris (200 fauteuils) qui a fait une très courte carrière, sans oublier le Club-Vidéo-Gay dont vous parlez si bien, 80 boulevard de Clichy et pour terminer l'Atlas avec une salle hétéro (35mm) et une salle gay (35mm) 18ème avant de s'appeler "Atlas espace gay" (*) pendant 2/3 mois et devenir ce qu'il est aujourd'hui, à peu près à la même époque que le le club vidéo gay précité (*) 20 boulevard de Clichy - 18ème.

    RépondreSupprimer
  2. Toujours dans le 18ème, l'avenue de St Ouen (qui possédait 6 cinémas, seuls 2 ont été analysés) Paris Cinéma n°56 et Lumières n°128 - 18ème à analyser avec photo :
    - Idéal Saint-Ouen (ex : Idéal Cinéma) 100 avenue de Saint Ouen ouvert fin février / début mars 1914, 720 fauteuils avec balcon fermeture définitive : 01/01/1966.
    - Métropole (ex: Métropole-Pathé), ouverture ? fermeture définitive ? Salle de 1527 fauteuils avec balcon (*) 86 avenue de St Ouen.
    - Cinématographe Parisien (2) 94 avenue de St ouen
    Ouverture : 1907, salle de 300 fauteuils avec ou sans balcon.
    Fermeture définitive peu avant la fin de la première guerre mondiale.

    Grand Cinéma (2) 147 avenue de St Ouen (17ème).
    Ouverture : 1912 - salle de : 631 fauteuils, sans balcon. Fermeture définitive : 1925.

    Je ne suis pas allé à Paris, à cette époque, mais Pariscope et l'Officiel des Spectacles du moment me sont restés en mémoire.
    (*) source Pathé, 1er empire du cinéma - page 336 et 337 - sous la direction de Jean-Jacques Kermabon - Edition centre Georges Pompidou

    (2) source : Paris Palaces ou le temps des cinémas - 1894-1918 de Jean-Jacques Meusy - (CNRS Editions)

    Bon pour accord de publication.

    Jean-Christophe de la région PACA

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...