mercredi 29 mai 2019

[Revue de presse] Ciné-Façades à l'honneur...

.... dans un article percutant et spirituel du très chic et branché "Vanity Fair" sur les salles de cinéma parisiennes disparues !


Pour lire l'article dans son intégralité, cliquez ici => https://www.vanityfair.fr/savoir-vivre/story/la-chronique-du-concierge-masque-que-sont-devenues-nos-salles-de-cinema-parisiennes-/5655#1

Merci à Bernard Pavelek qui m'a signalé cet article dont je n'avais pas connaissance, et merci au "Concierge masqué" !

Et bien sûr, merci à vous, fidèles contributeurs et lecteurs de "Ciné-Façades" !

  

dimanche 26 mai 2019

Foyer (Hambach - 57)


Créé vers le début des années 50, le "Foyer"de Hambach (57) possédait une salle de 350 places, et proposait deux séances de cinéma hebdomadaires.


Il a cessé son activité au début des années 70.

Localisation : Hambach (57) - Rue de la Poste

Merci à Daniel Collin.

mercredi 22 mai 2019

Super (Besse-et-Saint-Anastaise - 63)


Situé au niveau inférieur de la Maison du Tourisme, le "Super" est le cinéma de la station de sports d'hiver de "Super-Besse", dans le Puy-de-Dôme.


Doté d'une salle de 83 places équipée pour la projection numérique, ce cinéma, géré par la commune de Besse-et-Saint-Anastaise (63), a ouvert ses portes en 1980.

Il fonctionne principalement en période de vacances scolaires, en hiver comme en été.



Localisation : Besse-et-Saint-Anastaise (63) - Rond-Point des Pistes (Super-Besse)

dimanche 19 mai 2019

Star (Avranches - 50)


La construction du cinéma "Star" a été entreprise en 1955, et l'inauguration a eu lieu l'année suivante.

Doté d'une salle unique de 580 places, c'était à l'époque un des établissements les plus modernes de Normandie.

En 1962, le propriétaire crée un bowling de deux pistes et un bar-discothèque dans des locaux attenants au cinéma, aujourd'hui occupés par une pizzeria.

En 1967, le "Star" est le premier cinéma de Basse-Normandie a être équipé de projecteurs automatiques.

Dans les années 70, le cinéma est contraint de se transformer en complexe, pour répondre à la forte demande de la clientèle : une deuxième salle est créée en 1975, puis une troisième en 1977.

En 2010, le "Star" est équipé pour les projections numériques en 3D dans toutes les salles.

Le cinéma, classé art et essai, accueille de nos jours respectivement 315, 145 et 75 spectateurs dans ses salles.





Les sorties de secours, situées rue Saint-Gervais

Localisation : Avranches (50) - 49, rue de la Constitution

 

mercredi 15 mai 2019

Cinéma des Familles / Korrigan (Groix - 56)


Situé sur l'île de Groix (56) depuis 1934, le "Cinéma des Familles", connu également sous le nom de "Korrigan", appartient à la même famille depuis 1954, et est toujours en activité !


Doté d'une salle de 256 places, il propose des séances tout au long de l'année, plus nombreuses dans les périodes estivales.

En cours de rachat par la municipalité, le cinéma est géré par l'association Cinéf'îles.


Localisation : Groix (56) - 3, rue Gripp

Merci à Albert pour l'envoi des photos.


dimanche 12 mai 2019

Ternes (Paris 17ème)

Cet article est dédié à la mémoire de Patrice Noïa, professionnel du cinéma, cinéphile, et passionné par les salles de cinéma.


Photo libre de droit (domaine public)

C'est vers 1910 que les premières projections cinématographiques se déroulent dans le "Théâtre des Ternes", construit vers la fin du XIXème siècle.

Pour cette occasion, le lieu est rebaptisé "Ternes-Cinéma", mais la salle conserve son architecture adaptée au théâtre, avec ses deux galeries possédant des avancées latérales perpendiculaires à la scène.

Photo libre de droit (domaine public)

Affiche pour le "Ternes-Cinéma", sur un café-restaurant voisin - Photo libre de droit (domaine public)

Il revient ensuite à son activité originelle entre avril 1922 et mars 1932.

C'est le 9 septembre 1932 que le bâtiment se convertit de manière définitive au cinéma, sous le nom de "Cinéma des Ternes".

La salle, toujours pourvue de ses deux balcons, accueille 850 spectateurs.

L'activité se poursuit jusqu'en juillet 1963, date à laquelle le cinéma est démoli pour être reconstruit.

Le 18 décembre 1963, le nouveau cinéma, baptisé "Ternes", débute son activité.

La salle, équipée de mezzanines, possède une capacité de 800 places.

Le "Ternes", visible sur la gauche du cliché, photographié en février 1961 -  Photo © Roger-Viollet / http://www.parisenimages.fr/

Sa carrière sera malheureusement relativement brève, le cinéma fermant définitivement ses portes le 3 février 1981.

Un immeuble moderne a remplacé l'ancien cinéma.

Localisation : Paris 17ème - 5, avenue des Ternes

 

mercredi 8 mai 2019

Dôme-Gambetta (Albertville - 73)

Capture d'écran © Google Maps

Avant de devenir un cinéma, ce bâtiment a hébergé un théâtre construit à la fin du XIXème siècle, qui a commencé à proposer occasionnellement des projections cinématographiques en 1909.

C'est au cours des années 50 que le lieu se tourne définitivement vers le cinéma, sous le nom de "Royal".

© Sébastien Thébault [CC BY-SA 3.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0)]

La salle unique, rénovée en 1967, comporte un balcon et peut accueillir à l'époque 450 spectateurs (247 de nos jours).


La salle du Royal en 1967 - © Le Film Français / Merci à Didier Noisy

En 2013, à l'occasion d'un changement d'exploitant, le cinéma est rebaptisé le "Dôme-Gambetta".

Localisation : Albertville (73) - 12, rue Gambetta

 

samedi 4 mai 2019

Reflets (Paris 17ème)

Le cinéma "Les Reflets", photographié au moment de son ouverture en avril 1948 (Photo © La Cinématographie Française) / Remerciements à Klaus Weber - allekinos.com

Ce cinéma de l'avenue des Ternes a la particularité d'avoir proposé différentes catégories de projections au cours de sa carrière.

C'est pour commencer un cinéma d'actualités, genre très en vogue dans les années 30 et 40, qui ouvre ses portes le 16 janvier 1936, sous le nom de "Ciné-Paris-Soir-Ternes", puis de "Ciné-Presse-Ternes" à partir du 11 mars 1944.

Le cinéma s'oriente vers une programmation classique de films d'exclusivité en 1948 : le 14 avril, l'établissement devient le cinéma "Les Reflets", doté d'une salle de 480 places.

Un tournant inédit va se produire en 1950 : à partir du 23 janvier, le cinéma  propose la projection d'un film par semaine, en pré-exclusivité...

Il s'agit en général de films anciens laissés pour compte, ou de nouveautés non programmées dans les circuits traditionnels de l'époque.

Sous le nom "Les Reflets-Cinéma d'Essai", le cinéma va proposer cette programmation originale jusqu'en 1954, année où le concept de "Cinéma d'Essai" migre vers une autre salle parisienne, le "Studio de l'Etoile", avant de donner naissance aux salles "Art et Essai".

Le cinéma, redevenu "Les Reflets", reprend alors sa programmation précédente, jusqu'à sa fermeture définitive le 26 novembre 1973.

Le cinéma est ensuite remplacé par un hôtel "Ibis"

Localisation : Paris 17ème - 27, avenue des Ternes

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...