dimanche 13 juin 2021

Cinéma Paradiso (Aunay-sur-Odon - 14)

 

L'histoire du cinéma dans la commune normande d'Aunay-sur-Odon trouve ses origines en 1926, avec la transformation de l'ancienne halle au blé en mairie et salle des fêtes, dans laquelle est installée une salle de projection pour films muets.

La salle est équipée pour le cinéma parlant en 1935.

La destruction de la ville en 1944 entraine le déménagement provisoire du cinéma, qui rouvre après reconstruction en 1954 sous le nom de "Sélect".

La salle possède alors une capacité de 483 places.

En 1978, un nouveau propriétaire rénove l'établissement pour en faire une salle de 200 places, très confortable et à la pointe de la technique, qu'il baptise "Studio Chaplin".

Le cinéma, qui alterne une programmation de films grand public et de films en V.O. connait un véritable succès jusqu'à sa fermeture en 1988.

Après deux années de fermeture, le cinéma reprend son activité, et deux nouveaux propriétaires se succèdent jusqu'en 2006, année où le lieu ferme à nouveau, par manque de rentabilité...

En 2007, après 10 mois de travaux, le "Cinéma Paradiso" débute son activité.

Il est géré par une association de bénévoles, soutenus par les collectivités locales.

Classé "art et essai" en 2009, le cinéma poursuit avec succès son activité.

Localisation : Aunay-sur-Odon (14) - Place de l'Hôtel-de-Ville

Merci à mon père pour la photo.

 

mercredi 2 juin 2021

UGC Marbeuf (Paris 8ème)

Ce cinéma, proche des Champs-Elysées, a eu un début de carrière assez atypique...
 
En décembre 1932, s'ouvre une salle de 500 places située en sous-sol, le "Movie Garden - Salle Marbeuf", construite à l'emplacement du "Golf Marbeuf" et d'un café, le "Palm-Beach".
 
Cet établissement proposait des projections de court-métrages, accessibles à des consommateurs de boissons et collations !

Rebaptisé le "Marbeuf" entre la mi-mars et la fin avril 1933, il s'oriente vers une programmation classique, avant de connaître une nouvelle transformation, avec l'ouverture le 16 juin 1933 du "Cinéplage-Marbeuf".

Comme son nom l'indique, la salle atmosphérique est équipée d'un plancher de sable fin, sur lequel sont disposées des tables et des chaises longues !

Fermé au début du mois de décembre 1933, l'établissement va se muer définitivement en cinéma tout ce qu'il y a de plus classique...

Le 5 juin 1934, le nouveau "Marbeuf" ouvre ses portes avec sa salle de 500 places pourvue d'un balcon.

Le cinéma "Marbeuf", présenté dans la revue "La Construction Moderne" de novembre 1934

Le cinéma poursuit sa carrière, et propose principalement des films américains et anglais en version originale.
 
Embed from Getty Images

 Embed from Getty Images

 
Le Marbeuf en 1948
 
Le 20 septembre 1973, après 3 mois de travaux, c'est un tout nouveau complexe de 5 salles qui ouvre ses portes, sous le nom "UGC Marbeuf".
 
La plus grande salle (317 places) occupe l'emplacement de l'ancien orchestre.

La salle 1

Les 4 autres salles, de capacité réduite (151, 90, 80 et 42 places) sont construites dans l'ancien balcon et l'ancien bar.

La salle 2

La salle 3

La salle 5

En raison de sa programmation, constituée majoritairement de films en continuation ayant débuté leur carrière sur les Champs-Elysées, et en raison de la petite taille des salles et des écrans, le cinéma "UGC Marbeuf" voit sa fréquentation chuter au début des années 80...

Il cesse définitivement son activité le 1er juillet 1986, avant d'être transformé en restaurant...

Localisation : Paris 8ème - 34, rue Marbeuf

Remerciements à Daniel Collin et à Klaus Weber - allekinos.com

 

mercredi 26 mai 2021

Broadway (Paris 8ème)

 

Situé à deux pas de son prestigieux voisin "Colisée", ce cinéma des Champs-Elysées à la façade très étroite a débuté sa carrière en octobre 1936 sous le nom de "Cinéphone-Petit Journal".

C'était une salle de 375 places, qui proposait des films d'actualité.

La sortie de secours était située au numéro 10 de la rue du Colisée, au bout d'un long couloir.

Document © SIAF / Cité de l'Architecture et du Patrimoine / Archives d'Architecture du XXème siècle - Cliché anonyme

Rapidement rebaptisé "Cinéphone-Elysées" pour mieux situer sa localisation, le cinéma propose alors un grand film en complément des actualités.

L'établissement devient une salle d'exclusivité à part entière, et prend le nom de "Broadway" en juillet 1946.

Le Broadway en 1951
 

En 1952, c'est le premier cinéma qui propose aux spectateurs parisiens des films en relief, à l'aide de lunettes polarisées !

La salle en 1956
 

La carrière du "Broadway" sera hélas écourtée par la fermeture définitive le 1er décembre 1959, et l'intégration de son volume dans le magasin voisin de tissus "Rodin".

Localisation : Paris 8ème - 36, avenue des Champs-Elysées

Merci à Klaus Weber - allekinos.com

 

dimanche 16 mai 2021

Concordia (Paris 10ème)


Embed from Getty Images 

Le cinéma de quartier "Concordia", situé à deux pas de la Porte Saint-Martin et des Grands Boulevards, a ouvert ses portes en 1928, en remplacement d'un théâtre-music-hall portant le même nom, qui avait lui-même succédé au café-concert "Concert des Galeries Saint-Martin", ouvert peu avant la fin du 19ème siècle.

Le "Concert des Galeries Saint-Martin", visible sur la droite de la carte postale - Photo libre de droit (domaine public)

La salle d'une capacité de 500 places, ramenée à 419 places dans les années 60, propose principalement des films policiers et d'aventures.

Vers le milieu des années 70, l'établissement s'oriente vers les films de kung-fu en double programmation, jusqu'à la cessation de son activité.

Le "Concordia" a définitivement fermé ses portes le 29 avril 1986.

Après sa transformation en commerce de prêt-à-porter, le lieu est aujourd'hui occupé par un supermarché.

Localisation : Paris 10ème - 8, rue du Faubourg-Saint-Martin

 

lundi 10 mai 2021

Cornay (Loudun - 86)

 

Le seul cinéma restant en activité à Loudun (86) trouve ses origines dans une ancienne salle appartenant à l’archevêché, qui propose dès le mois de mai 1929 des séances cinématographiques à destination des jeunes, dans le cadre du "Patronage Cornay".

Après des travaux consistant en l'ajout de fauteuils, la création d'un balcon en gradins et d'une scène, l'établissement devient un cinéma à part entière en 1947.

Les séances sont organisées le vendredi et le samedi soir, ainsi que le dimanche en matinées et soirées.

En août 1957, la salle est équipée pour les projections en Cinémascope.

En août 1962, des nouveaux fauteuils sont mis à disposition des 390 spectateurs que peut accueillir la salle.

Devenu un cinéma municipal en novembre 2004, le hall d'accueil est transformé, et le balcon est supprimé.

Le cinéma "Cornay" poursuit son activité, à raison d'une dizaine de séances par semaine, dont une séance "art et essai".

Localisation : Loudun (86) - 13, rue de l'Abreuvoir

dimanche 2 mai 2021

3 Murat (Paris 16ème)

 

Ce cinéma avait ouvert ses portes le 22 décembre 1932, sous le nom de "Porte Saint-Cloud-Palace".

La salle unique, composée d'un orchestre et d'un balcon, avait une capacité de 720 places.

Ce cinéma de quartier, excentré à la lisière de Boulogne-Billancourt (92), va se transformer en complexe de 3 salles, qui ouvre ses portes le 27 octobre 1972 après 5 mois de travaux.

La salle 1, située à l'emplacement de l'ancien orchestre, peut accueillir 279 spectateurs.

Elle est décorée par une succession d'une trentaine de bandes de couleurs, formant une voûte au-dessus de la salle.

Les salles 2 et 3 occupent au premier étage le volume de l'ancien balcon.

La salle 2 peut accueillir 188 spectateurs.

Elle est décorée par des bandes de couleurs de différentes largeurs, posées en relief sur plusieurs niveaux aux murs.


La salle 3 peut accueillir 174 spectateurs.

C'est la plus originale des trois, car elle est équipée d'un système d'éclairage cinétique avec 60 projecteurs munis de filtres colorés, produisant un décor de dessins en arcs de cercles concentriques de couleur, visibles pendant les entractes, et synchronisés avec la musique d'ambiance !

Bien qu'étant le seul établissement cinématographique du quartier, le cinéma ne survivra malheureusement pas à la crise du milieu des années 80, et fermera définitivement ses portes le 18 février 1986.

Toute trace du lieu a disparu, le bâtiment ayant été démoli et remplacé par un immeuble d'habitations.

Localisation : Paris 16ème - 17, rue Gudin

Merci à Daniel Collin.

 

dimanche 25 avril 2021

Ecran (Saint-Denis - 93)

 

Le cinéma municipal "L’Écran" de Saint-Denis (93), situé à deux pas de la basilique, a été créé en 1982.

Il possède deux salles de 286 et 96 places, et propose 6 à 8 films par semaine, alternant projections de films "grand public" et films "art et essai" et "recherche".

Localisation : Saint-Denis (93) - 14, passage de l'Aqueduc

 

dimanche 18 avril 2021

Bergère (Paris 9ème)

 

Le cinéma "Bergère", photographié dans les années 60, est visible sur la gauche de la photo

Ce cinéma a débuté sa carrière comme salle d'actualités le 2 juillet 1931, sous le nom "Actualités-Le Journal", avant d'être rebaptisé "Radio-Cité-Montmartre" en octobre 1938, puis "Radio-Ciné-Montmartre" quelques années plus tard.

La salle possède 500 places.

En 1956, après travaux de rénovation, le cinéma prend le nom de "Bergère".

La salle rénovée du "Bergère" - © La Cinématographie Française

Devenu salle d'exclusivité, le cinéma va basculer dans la double programmation au début des années 80, alternant films récents en continuation, films d'action, séries B et séries Z, avec de temps à autre une incursion vers l'érotisme et la pornographie...

A partir du début du mois d'octobre 1985, le "Bergère" tente une entreprise originale, en faisant revivre l'esprit du défunt et mythique "Midi-Minuit" du boulevard Montmartre, par la projection de films d'horreur et d'épouvante !

L'expérience sera malheureusement de courte durée, puisqu'au bout de 5 semaines de programmation le cinéma, rebaptisé pour l'occasion "Midi-Minuit Bergère", reprend son nom de "Bergère" et revient à son ancienne programmation, jusqu'à sa fermeture définitive le 21 juillet 1986.

Le cinéma fermé, photographié en 1988 - © La Revue du Cinéma numéro 442, octobre 1988

Resté fermé de nombreuses années, l'ancien cinéma a été démoli et remplacé par un immeuble de bureaux.

Localisation : Paris 9ème - 15, rue du Faubourg-Montmartre

Merci à Didier Noisy.

 

dimanche 11 avril 2021

Murat (Paris 16ème)

Situé sur les boulevards des maréchaux, à deux pas de la Porte de Saint-Cloud, le cinéma "Murat" avait été partiellement construit à partir de 1938, puis détruit lors des bombardements alliés avant même de fonctionner !

Après sa reconstruction débutée en 1947, il ouvre officiellement ses portes le 23 décembre 1948.

Il possédait une immense salle de 1800 places, réparties entre l'orchestre (1250) et le balcon (550), accessible depuis un large escalier situé au centre du hall.

La salle en 1949 © La Cinématographie Française

La salle en 1949 © La Cinématographie Française

Sa carrière sera relativement courte, puisqu'il ferme définitivement ses portes à l'été 1966.

Le cinéma sera entièrement démoli pour laisser la place à un immeuble d'habitations.

Localisation : Paris 16ème - 107, boulevard Murat

Merci à Klaus Weber - allekinos.com


dimanche 4 avril 2021

Soleil (Lembach - 67)

 

Droits Réservés

Le cinéma alsacien "Soleil" était intégré au restaurant éponyme.

Situé au premier étage, il était accessible par un escalier depuis la cour du restaurant.

Capture d'écran © Google Maps

L'escalier d'accès au cinéma - Capture d'écran © Google Maps

Ouverte en 1929, la salle n'était équipée à l'origine que de chaises, et un piano accompagnait la projection de films muets.

C'est au cours des années 50 que la salle de 150 places connait une activité prospère, avec la projection de films chaque week-end.

L'établissement a cessé son activité en 1989.

Un incendie survenu en 2020 a malheureusement détruit les lieux...

Un film réalisé en 2019 retrace l'histoire du cinéma, avec les témoignages des propriétaires-exploitants, ne manquez pas ce magnifique témoignage : 

https://vimeo.com/374376514

Localisation : Lembach (67) - 4, rue de Mattstall

Merci à Daniel Collin et à Bernard Petit.

 

dimanche 28 mars 2021

Union-Ciné (Nancy - 54)

 

Photo © Klaus Weber - allekinos.com

La belle façade de ce commerce rappelle l'ancienne activité des lieux, puisqu’elle hébergeait l'Union-Ciné, un cinéma créé dans une salle paroissiale, et ouvert à Pâques 1953.

La salle possédait une capacité de 530 places.

Encore en activité à la fin des années 60, le cinéma a été reconverti en commerce.

Localisation : Nancy (54) - 39 bis, rue du Faubourg des Trois-Maisons

Merci à Klaus Weber - allekinos.com

 

dimanche 21 mars 2021

Studio-Rivoli (Paris 4ème)

 

Le "Studio-Rivoli" au début des années 60 - Droits Réservés

Ce cinéma a débuté son activité le 13 juillet 1938, sous le nom de "Cinéphone-Rivoli".

Il possédait une salle de 484 places.

Le 15 octobre 1947, il est rebaptisé "Studio-Rivoli".

Il ferme définitivement ses portes en 1980.

Le volume de l'ancien cinéma est aujourd'hui intégré dans les dépendances d'un supermarché voisin.

Capture d'écran © Google Maps

Localisation : Paris 4ème - 117, rue Saint-Antoine

 

dimanche 14 mars 2021

Pax (Le Pouliguen - 44)

 

Construit à l'emplacement d'une ancienne salle paroissiale, le cinéma "Pax" a ouvert ses portes en 1949.

Classée art et essai, la salle unique peut accueillir 230 spectateurs.

Appartenant à la commune, ce cinéma est animé par l'association "Ciné'Phare" qui compte une centaine de bénévoles.

Localisation : Le Pouliguen (44) - 5, boulevard du Maréchal-Joffre

Merci à Didier.

 

dimanche 7 mars 2021

Paramount-Bastille (Paris 12ème)

 

Guerre 1939-1945. Cinéma "Lux Bastille" et gare de la Bastille. "Haut le vent", film de J. de Baroncelli. Paris. Photographie d'André Zucca (1897-1973), couleurs d'origine restaurées. Bibliothèque historique de la Ville de Paris.

Construit dans la cour de la gare de la Bastille, le cinéma "Lux-Bastille" ouvre ses portes le 23 décembre 1937.

Derrière sa superbe façade aux deux colonnes surmontées d'une marquise en demi-cercle, la salle, sans balcon, possède une capacité de 1000 places.

Guerre 1939-1945. Cinéma "Lux Bastille". Le film "Paris", de Jean Choux, 1936 avec Harry Baur. Place de la Bastille, Paris. Photographie d'André Zucca (1897-1973), couleurs d'origine restaurées. Bibliothèque historique de la Ville de Paris.

Sur cette vue aérienne de la place de la Bastille, on peut constater la forme particulière du bâtiment, rétrécie vers l'arrière et ne permettant pas la présence d'un grand écran...



Photos libres de droit (Domaine Public)

Le 3 septembre 1975, le cinéma se transforme en complexe de trois salles (302, 182 et 98 fauteuils) et devient le "Paramount-Bastille".

La programmation, généralement en version française, est tournée vers les films grand public.

Le sort du cinéma va être scellé par la décision de construire l'Opéra-Bastille, qui va conduire à l'expropriation puis à la fermeture définitive le 22 janvier 1985, et à sa démolition.

Photos prises juste après la fermeture définitive

Le regretté "Paramount-Bastille" a inspiré le peintre Claude-Max Lochu, plusieurs fois à l'honneur sur "Ciné-Façades" et que je remercie à nouveau...

PARAMOUNT BASTILLE-81x65-2014-HST © Claude-Max Lochu

Localisation : Paris 12ème - 2, place de la Bastille

 

dimanche 28 février 2021

Gramont (Paris 2ème)

Situé à deux pas des grands boulevards, le cinéma "Gramont" a ouvert ses portes le 24 avril 1974.

Il a remplacé le "Théâtre Gramont", créé en 1939, qui a également porté le nom de "Les Optimistes".

L'ancien théâtre "Les Optimistes" - Photo © Albert Harlingue / Roger Viollet /www.parisenimages.fr

L'ancien théâtre avec sa superbe salle avec balcon et sa décoration luxueuse a été conservée pour devenir la salle 1 de 400 places, alors qu'une seconde salle de 88 places à la décoration moderne est créée en sous-sol.

La grande salle de 400 places - © Cinéma de France
 

La salle 2 en sous-sol - © Cinéma de France
 

Le 12 décembre 1979, le cinéma est rebaptisé "Opéra-Night", et un grand changement va s'opérer, puisque seul le balcon de la grande salle avec ses 91 places est réservé aux spectateurs de cinéma : en effet, l'ancien orchestre est transformé en discothèque, visible depuis le balcon, et ouverte en dehors des projections cinématographiques.

Le cinéma "Opéra-Night", avec sa programmation généralement composée de reprises en version française, va cesser temporairement son activité le 18 novembre 1986.

Redevenu le "Gramont", il va rouvrir ses portes le 14 janvier 1987, pour une très courte période consacrée aux films pornographiques, jusqu'à sa fermeture définitive le 31 mars 1987.

L'ensemble de l'immeuble "Italiens-Building" a été restructuré en bureaux et commerces, et le hall de l'ancien cinéma est occupé par un salon de coiffure.

Localisation : Paris 2ème - 30, rue Gramont

Merci à Didier Noisy.

 

dimanche 21 février 2021

Royal (Vannes - 56)

Avec son étroite façade en béton armé, ce bâtiment abritait précédemment un cinéma, le "Royal", bâti en 1936 à l'emplacement d'un ancien garage automobile édifié dans les années 20.

La salle était accessible au bout d'un long couloir, elle pouvait accueillir 600 spectateurs et possédait un balcon.

Resté fermé après l'arrêt de l'activité cinématographique le 23 octobre 2001, le volume de l'ancien cinéma est occupé depuis 2003 par une librairie, qui a fort heureusement conservé la belle façade.

De nombreuses photos de l'intérieur du cinéma prises entre la fermeture et la transformation en commerce sont visibles sur cette page internet du site de l'inventaire du patrimoine culturel en Bretagne.

Localisation : Lorient (56) - 19, rue Joseph-Le Brix

 

dimanche 14 février 2021

Central (Drulingen - 67)

 

Cet ancien cinéma de village, situé en Alsace, a débuté son activité en 1959.

La salle, qui n'était ouverte que le week-end, était pourvue d'un balcon et possédait une capacité de 299 places.

Voici quelques photos de la cabine de projection.

Après 25 ans d'activité, le "Central" a fermé ses portes en 1984, après la projection du film "Gandhi".

Aujourd'hui, plus aucune trace de l'ancienne activité des lieux ne subsiste...

Localisation : Drulingen (67) - 50, rue de Durstel

Merci à Daniel Collin et à Laurent Goergler.

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...