dimanche 29 mars 2020

Dominique (Paris 7ème)


A l'emplacement de ce supermarché se trouvait autrefois un cinéma, le "Dominique".

C'est en novembre 1935 qu'un ancien music-hall se convertit aux projections cinématographiques, sous la nouvelle appellation de "Dominique-Cinéma".

La salle pouvait alors accueillir 600 spectateurs, et possédait un balcon et un toit mobile.

Rebaptisé "Dominique" à la fin de l'année 1971, le cinéma rénové comporte dorénavant une salle de 320 places.

Pendant plusieurs années, il héberge les séances du "Cinéma des Petits-Poucets", qui propose des matinées enfantines.

Le "Dominique" a fermé définitivement ses portes au mois de janvier 1980, pour laisser la place à une boutique de prêt-à-porter, puis à un supermarché.

Localisation : Paris 7ème - 99, rue Saint-Dominique


mercredi 18 mars 2020

Albret (Vieux-Boucau-les-Bains - 40)

Capture d'écran © Google Maps

Construit dans les années 70, ce bâtiment abrite une salle servant principalement de cinéma, mais pouvant également accueillir des pièces de théâtre, des concerts et spectacles de music-hall, avec sa scène de 120 m² et ses 436 fauteuils.



Localisation : Vieux-Boucau-les-Bains (40) - 2, avenue des Pêcheurs

Merci à Bernard Bastide.

samedi 14 mars 2020

Colisée (Montbéliard - 25)


Avant de devenir un complexe, le "Colisée" a d'abord été un établissement à salle unique, ouvert en 1956.


La salle pouvait accueillir 1100 spectateurs, répartis entre l'orchestre (700 places) et une corbeille de 400 places, et était pourvue d'une scène de 12 mètres par 4.


Le cinéma, toujours en activité de nos jours, sera par la suite morcelé en 4 salles, dont la plus grande peut accueillir 583 spectateurs, et possède un écran géant.

Localisation : Montbéliard (25) - 8, rue Henri-Mouhot

Merci à Daniel Collin (photo actuelle) et Klaus Weber - allekinos.com

dimanche 8 mars 2020

[Coquille vide...] Ornano 43 (Paris 18ème)

De l'ancien cinéma "Ornano 43" ne subsistent plus que les murs latéraux et la façade...


La façade reste debout, mais semble bien fragilisée...


Etais et poutres IPN en acier empêchent sa ruine définitive...


Cette fissure témoigne de la fragilité de la façade art déco, qui, si elle résiste, sera dans quelques temps le seul souvenir de l'ancien cinéma...


Localisation : Paris 18ème - 43, boulevard Ornano

Un grand merci renouvelé à Germain.

samedi 29 février 2020

American Cosmograph (Toulouse - 31)


Ce cinéma toulousain a une histoire très riche, puisque c'est dès le 15 décembre 1907 que le cinématographe investit la salle de l'Athénée, une salle de spectacles et de concerts, sous le nom d'"American Cosmograph".


Le cinéma va cesser son activité en 1927, et le lieu est reconverti en "Cercle des Officiers", puis en salle paroissiale en 1931, le bâtiment étant propriété de l’Archevêché de Toulouse..

Le cinéma reprend ses droits en 1949 sous le nouveau nom de "Rio", et le bâtiment est modernisé l'année suivante en arborant notamment une nouvelle façade.

A la faveur de la reprise du lieu par un nouvel exploitant en 1980, la salle unique de 600 places du "Rio" est scindée en trois salles, pour une capacité totale de 441 places.

Avec une fréquentation en baisse, le cinéma est proche du dépôt de bilan quand il est repris en 1993 par le très dynamique circuit d'art et essai Utopia.

Le cinéma Utopia-Toulouse en 2006 - Photo © Catalarem - Licence Creative Commons Attribution 3.0 Unported

L'"Utopia-Toulouse" devient alors un haut lieu de la cinéphilie locale, et obtient à quatre reprises la palme du meilleur taux de fréquentation en France, il reste même pendant six années le cinéma français le plus rentable !

Désireux de passer la main et de s'investir dans un nouveau projet de salle de cinéma, Utopia se retire en 2015 de l'exploitation du cinéma, qui va être repris par deux anciens salariés, et retrouver son nom originel d'"American Cosmograph" lors de son inauguration le 15 juin 2016, en hommage au passé glorieux des lieux.

Le cinéma poursuit une carrière de salle art et essai, et reste fidèle à ses valeurs "pas de publicités, pas de pop-corn et autres confiseries" !

Localisation : Toulouse (31) - 24, rue Montardy

mardi 18 février 2020

[Démolition] Gaumont-Opéra-Capucines (Paris 9ème)

Depuis quelques semaines l'ancien "Gaumont-Opéra-Capucines" est cerné de palissades, pour permettre les travaux de transformation en "Pathé-Opéra"...

Hélas, comme on l'a bien compris, tout l'intérieur et tous les derniers vestiges de l'ancien "Paramount-Opéra" vont disparaitre au profit de salles aseptisées, seule la façade, classée, subsistera dans le futur multiplexe...


Il parait que "Pathé" réinvente notre cinéma...

Etait-ce nécessaire ?



 Localisation : Paris 9ème - 2, boulevard des Capucines

 

lundi 10 février 2020

Atelier du Cinématographe (Nice - 06)


Ce bâtiment abritait autrefois un cinéma ouvert en 1933, baptisé "Edouard VII".

Doté d'une salle de 400 places, c'était un établissement luxueux et très confortable, équipé à la pointe de la technique.

Il change deux fois de nom pendant l'occupation ("Coucou" en 1941, "César" en 1943") avant de reprendre son nom d'origine à la libération.

Au cours des années 50 et 60, il se spécialise dans les films en version originale anglaise.

A la fin des années 70, il se scinde en deux salles, puis change de programmation en 1985 en se tournant vers le cinéma pornographique.

Peu de temps avant sa fermeture définitive en 1987, il est repris par un nouvel exploitant qui le transforme en cinéma d'art et essai baptisé "Atelier du Cinématographe", mais cette nouvelle carrière ne durera que quelques mois...

Transformé en discothèque après sa fermeture, l'ancien cinéma est de nos jours occupé par un restaurant.

Localisation : Nice (06) - 8, rue du Maréchal-Joffre

Merci à Klaus Weber - allekinos.com

 

jeudi 30 janvier 2020

[Démolition] Ornano 43 (Paris 18ème)

Fermé le 30 septembre 1981, puis transformé en supermarché, l'ancien cinéma "Ornano 43" et sa superbe façade vient de mourir une seconde fois, le bâtiment étant démoli au profit d'une opération immobilière...

Voici quelques photos prises il y a quelques jours...


Si le rez-de-chaussée de l'ancien cinéma avait été converti en magasin, l'ancien balcon était resté intact, dissimulé des regards par un faux-plafond...

La démolition de l'arrière du bâtiment rue du Mont-Cenis permet d'entrevoir une dernière fois ces fabuleux vestiges... ancien plafond, anciennes tentures rouges des murs, anciennes traces du balcon...





Par miracle, une affiche, restée intacte et rappelant l'activité du lieu ressurgit du passé !


Maigre consolation, le permis de construire démolir (!) nous apprend que la façade sera conservée...


Quelques mois avant sa mort, les doubles programmes étaient à l'honneur à l'Ornano...

"L'Officiel des Spectacles" du 11 au 17 mars 1981 / Collection Philippe Célérier

 Localisation : Paris 18ème - 43, boulevard Ornano

Merci à Germain pour les photos de la démolition, et à Jean-Paul pour celle du permis de construire.

 

dimanche 26 janvier 2020

Cin'Hoche (Bagnolet - 93)


Le "Cin'Hoche" est un cinéma art et essai créé par la ville de Bagnolet en 1977.

Composé à l'origine d'une seule salle de 220 places, c'est dès l'année 1967 que celle-ci est créée à l'emplacement des anciens bains-douches de la ville, et qu'une activité de ciné-club voit le jour.


Devenu un cinéma commercial dix ans plus tard, le "Cin'Hoche" est géré depuis 2011 par l'Etablissement Public Territorial "Est Ensemble 93", qui regroupe d'autres salles de cinéma du département de la Seine-Saint-Denis.

Une deuxième salle de 70 places est ajoutée en 2013.



Le cinéma propose quotidiennement une programmation de films labellisés "Jeune Public", "Recherche et Découverte" et "Patrimoine et Répertoire".

Localisation : Bagnolet (93) - 6, rue Hoche

Merci à Klaus Weber - allekinos.com

 

dimanche 19 janvier 2020

Folies-Gaumont (Paris 10ème)

C'est dans l'ancien "Théâtre des Folies-Dramatiques", créé en 1862 avec une salle de 1600 places, que va voir le jour le 22 octobre 1915 une nouvelle salle de cinéma, le "Cinéma des Folies-Dramatiques".

Toutefois, les premières projections cinématographiques se déroulent de manière sporadique dès l'année 1906, puis de manière plus régulière à partir du mois d'octobre 1915, en parallèle des spectacles théâtraux.

 
Au dessus de l'enseigne du théâtre, mention des représentations du cinématographe à 8h1/4... - Photo libre de droit (domaine public)

  Cinéma des Folies-Dramatiques, rue de Bondy (actuelle rue René-Boulanger), Paris (Xe arr.), France, 25 juillet 1918, (Autochrome, 9 x 12 cm), Auguste Léon, Département des Hauts-de-Seine, musée Albert-Kahn, Archives de la Planète, A 14 521 S
http://collections.albert-kahn.hauts-de-seine.fr - Autorisations de réutilisation possibles dans les mêmes conditions.

Entre l'été 1922 et le 29 mai 1930, l'établissement revient à son activité originelle de salle de théâtre.

C'est donc à partir de cette dernière date que le cinéma prend définitivement possession des lieux, avec une capacité de la salle réduite à 1200 places.

La salle est démolie en 1951, puis une nouvelle salle de cinéma de 1050 places, "Les Folies", est reconstruite dans le bâtiment et inaugurée le 16 janvier 1952.

Racheté par le circuit "Gaumont", le cinéma est rebaptisé "Folies-Gaumont".

"L'Officiel des Spectacles" du 5 au 11 avril 1967 / Collection Philippe Célérier

Son activité se poursuit jusqu'à sa fermeture définitive le 29 avril 1969.

Le bâtiment est ensuite totalement démoli et remplacé par un immeuble hébergeant un hôtel.

Localisation : Paris 10ème - 40, rue René-Boulanger (anciennement Rue de Bondy)


dimanche 12 janvier 2020

[Sauvetage] CGR Carcassonne Le Colisée (Carcassonne - 11)


"Ciné-Façades" avait consacré un article à ce magnifique cinéma en mai 2018, et avait notamment évoqué la menace de fermeture définitive qui planait sur ce lieu historique...

Grâce à une forte mobilisation et à de longes négociations entre les protagonistes locaux (la ville de Carcassonne, nouveau propriétaire des murs, et l'exploitant CGR), un accord a été trouvé permettant la sauvegarde des lieux et le maintien de l'activité cinématographique !


Le cinéma a fermé le dimanche 5 janvier dernier, en vue d'une réouverture prévue au mois de septembre 2020, après 9 mois de travaux, qui vont conduire à la réutilisation de la magnifique grande salle (fermée depuis avril 2012), à la création de deux nouvelles salles et d'un nouveau hall.

La grande salle historique, qui sera réouverte au mois de septembre

Cette restructuration s'accompagne toutefois de la fermeture de trois salles existantes au premier étage, dont le volume va être récupéré par le propriétaire de l'ancien hôtel.

Grâce à notre contributeur Rémi Pastor, voici quelques photos prises le jour de la fermeture...

Les salles 2, 3 et 4, qui vont être définitivement fermées :




Le couloir d'accès aux salles 2 et 3, qui sera muré :


La caisse actuelle du cinéma :


En attendant la réouverture, une programmation art et essai sera assurée au multiplexe "CGR Carcassonne".

Localisation : Carcassonne (11) - 9, boulevard Omer-Sarraut

Remerciements renouvelés à Rémi, pour la transmission de ces bonnes nouvelles et des photos !

mardi 7 janvier 2020

Royal (Mâcon - 71)


Ce bâtiment, longtemps laissé à l'abandon, hébergeait le "Royal", deuxième établissement cinématographique implanté dans la ville de Mâcon (71), ouvert le 1er novembre 1913.

Reconstruit après la guerre, le cinéma possédait une salle unique de 462 places avec balcon.

Au cours des années 70, la salle est scindée en deux.

Le cinéma poursuit son activité jusqu'à sa fermeture en juin 1990.



Il héberge pendant quatre ans une salle évangélique, puis reste inoccupé de 1994 jusqu'à sa démolition en mars 2017, pour laisser la place à un programme immobilier conservant le nom de l'ancien cinéma...

Capture d'écran © Google Maps

Contrairement au slogan de l'affiche, le Royal ne fait plus son cinéma... - Capture d'écran © Google Maps

Dernier vestige du cinéma : les fragments de lettres d'une enseigne peinte verticale... - Capture d'écran © Google Maps

Localisation : Mâcon (71) - 18, rue Victor-Hugo

Merci à Klaus Weber - allekinos.com

 

jeudi 2 janvier 2020

Rex (Saint-Etienne - 42)

"Ciné-Façades" souhaite une excellente année 2020 à tous ses fidèles lecteurs et contributeurs !

Capture d'écran © Google Maps

Derrière cette façade se trouvait autrefois une salle de cinéma, ouverte le 5 décembre 1913 sous le nom de "Théâtre Familia".

Ce lieu accueillait à la fois des représentations théâtrales et de projections cinématographiqes.

Un nouveau directeur prend en charge la salle en 1923, qui est rebaptisée le "Family".

La projection par transparence est mise en œuvre, avec un projecteur placé au verso de l'écran.

En mai 1930, le "Family" se convertit au cinéma parlant, et connait une période faste avec une forte fréquentation.

En 1935, l'établissement est vendu à une société dont le but est "la défense des bons films sur le plan moral", et il est rebaptisé à cette occasion le "Rex".

Outre la présentation de films en première vision d'excellente tenue morale, de nombreux artistes de music-hall se produisent sur la scène du "Rex", qui accueille également des représentations d'opéras.

Un coup d'arrêt se produit en  mars 1942, lorsque la commission de sécurité juge la salle de 990 places (583 au parterre et 407 au balcon) dangereuse, du fait notamment de sa scène en bois.

Les travaux demandés n'ayant pas tous été réalisés, le cinéma ferme définitivement ses portes le 12 octobre 1948, par décision municipale.

Transformé en parking automobile, les lettres du mot "Rex" seront présentes très longtemps au fronton du bâtiment après la transformation du lieu !

La façade de l'ancien "Rex" en 2008 - Capture d'écran © Google Maps

Localisation : Saint-Etienne (42) - 8 rue Dormoy (anciennement rue Marengo)


Source pour les éléments historiques et techniques : Archives Municipales de Saint-Etienne

 
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...