samedi 14 mai 2011

Champo (Paris 5ème)


Ouvert en 1938 sur l'emplacement d'une ancienne librairie, à l'angle de la rue des Ecoles et de la rue Champollion en plein cœur du quartier latin, le Champo se compose à l'origine d'une salle de 150 places.

En 1941, un incendie ravage la cabine de projection.

Le propriétaire achète l'appartement surplombant la salle, et y installe une nouvelle cabine de projection, située au-dessus de l'écran.

Par un procédé très original et unique en Europe, le faisceau de projection est envoyé par un système de périscope sur un miroir situé en fond de la salle, puis restitué sur l'écran !

Au milieu des années 50, le propriétaire rachète un cabaret situé en sous-sol du cinéma, et le transforme en une deuxième salle de 110 places baptisée "Actua-Champo", avec une entrée et un hall distinct, consacrée aux actualités comme son nom l'indique !

La foule se presse pour cette reprise de "Jeux interdits" dans les années 60 ! - © Bonnel Photo / Photographie publiée avec l'aimable autorisation de Monsieur Maurice Bonnel

Cette situation perdure jusqu'à la fin des années 70, où l'Actua-Champo - qui avait abandonné depuis longtemps les actualités - devient la salle n°2 du Champo, avec un hall devenu commun.

Le cinéma dans les années 90, avant rénovation

Ce cinéma a failli disparaître à l'aube de l'année 2000, le propriétaire de l'immeuble ne souhaitant pas renouveler le bail et préférant vendre l'emplacement pour faire place à une banque... rentabilité oblige !

Mais c'était sans compter sur une mobilisation sans précédent de tous les amoureux de ce haut lieu de la cinéphilie, qui a conduit à une inscription au titre des monuments historiques (arrêté du 10 avril 2000) du cinéma "Le Champo".

L'inscription est en totalité, façades et salles, ce qui est très important et rare, car cela garantit la pérennité de l'activité !

Par le biais d'une restauration récente, la façade a retrouvé son aspect originel, et nul doute que ce joyau va continuer pendant très longtemps à illuminer ce quartier latin, qui est hélas devenu au fil des ans le royaume de la fringue et de la malbouffe, au détriment des lieux de culture, salles de cinémas, librairies... qui se réduisent comme peau de chagrin !

Localisation : Paris 5ème - 51, rue des Écoles


6 commentaires:

  1. Dans les années 70 , les 2 salles s"appelaient l'actua champo et le champolllion ; le prix des places tournait autour de 5 ou 6 francs,ce qui m'a permis d'y voir de nombreux classiques .

    Je me souviens de l'ouvreuse de l'époque qui y travaillait , je crois , depuis les années 40 ; elle avait une bonne corpulence ; elle doit être décédée depuis .

    RépondreSupprimer
  2. Une institution, en effet. Idéalement placé en angle, bien visible et présent sur certaines photos célèbres de mai 68 (visibles au bar du bistro de l'autre côté du boulevard).

    La salle d'en haut a un curieux système de projection avec double miroir, la cabine étant au-dessus de l'écran...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'étudIAnt de 1969 avait eu la curiosité de demander à visiter la salle de projection, inouÎ, LE SYSTÈME QUI DE PLUS RENVOYAIT UNE EXCELLENTE IMAGE
      L'IMMUABLE PROGRAMME SUR LE CALENDRIER À 2x 6 colonnes, de janvier à décembre on connaissait les films, Jouvet, G. Philippe etc...
      j'ai un trou de mémoire quand au nom de l'autre salle dans la rue Champollion
      l'Actua Champo c'était notre rendez-vous des jours heureux et des jours de misère, sans le sou, sans bouffe mais pas pour le ciné, les films nous nourrissaient!
      l'ouvreuse recevait notre modeste obole même lors des jours sans gloire
      ce cine était inséparable pour nous de la cinémathèque de la rue d'Ulm où l'on côtoyait Henri Langlois ( je tenais àlors la rédaction du programme sur une feuille que l'on ronéotypait avec un crtain Claude Jean P...

      Supprimer
    2. Merci pour ce beau témoignage !

      Supprimer
  3. Comme quoi c'est toujours pareil,les propriétaires des salles de spectacles finissent inévitablement par céder aux sirènes de la rentabilité au détriment de la culture!!! Sans le classement le Champo aurait disparu depuis longtemps!
    C'est exactement le même psychodrame qui se joue actuellement à l'Elysée Montmartre,qui a brulé le 22 Mars et dont le propriétaire,après avoir viré le gérant,souhaite purement et simplement la destruction!!! Un partie du bâtiment est classé il est donc a souhaiter que le ministère de la culture et les M.H réagissent vite!!!
    Martin.

    RépondreSupprimer
  4. c'est dans ce cinema que j'ai vu et revu les plus grands classiques du cinema,
    de grand souvenirs !

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...