vendredi 4 janvier 2019

Movies Les Halles (Paris 1er)

"Ciné-Façades" souhaite une excellente année 2019 à tous ses fidèles lecteurs et contributeurs !

 
Capture d'écran © Google Maps

A l'emplacement occupé de nos jours par une boutique de mode se trouvait un complexe de 2 salles, qui avait ouvert ses portes le 31 juillet 1974.

Baptisé "Ciné-Halles", ce cinéma d'art et essai avait été créé par le cinéaste-producteur Jacques Poitrenaud, et devait contenir 6 petites salles, comme en atteste une coupure de presse de l'époque.

Coupure de presse "Le Nouvel Observateur" 29 juillet 1974


Les deux salles initiales (165 et 152 places) ne verront pas les autres salles projetées les rejoindre...

Le 20 août 1980, le cinéma est rebaptisé "Movies Les Halles", et continue sa carrière de cinéma art et essai.

"L'Officiel des Spectacles" du 11 au 17 mars 1981 / Collection Philippe Célérier

Sa carrière ne sera pas très longue, le cinéma fermant définitivement ses portes le 1er janvier 1985, malgré la mention "fermeture provisoire" dans les programmes de l'époque...

"L'Officiel des Spectacles" du 9 au 15 janvier 1985 / Collection Philippe Célérier

Quelques mois plus tard, il se reconvertit en sex-shop avec projections vidéos...

Remerciements Klaus Weber - allekinos.com

Localisation : Paris 1er - 72, rue Saint-Denis

 

2 commentaires:

  1. Je me souviens pas très bien de ces salles , les ayant très peu fréquentées .Dans mon souvenir,des salles pas très grandes, bien tenues et fréquentées par un public assez jeune . Je crois avoir vu là-bas un film de Fassbinder , très à la mode au début des années 80 , et surtout Haltéroflic, un oublié et plus que bizarroïde polar français qui n'avait du sortir que dans cette salle et tenir l'affiche une petite semaine en exclusivité avant de disparaitre ( on devait être dix spectateurs maxi le jour ou je l'avais vu ). Ce qui était surprenant c'était la localisation du Ciné-Halles , la rue Saint -Denis était alors la plus "chaude" de Paris et programmer de l'Art et Essai là-bas semblait un engagement risqué. J'ignorais que ce cinéma appartenait à Jacques Poitrenaud . Le bonhomme n'aura pas marqué l'histoire du cinéma national comme réalisateur mais il a énormément œuvré pour un cinéma d'auteur indépendant. Ce "Ciné-halles" en est bien l'exemple.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce témoignage ! Personnellement, j'ai vu "Diva" de Jean-Jacques Beineix dans ce cinéma en juillet 1981.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...